Parole de Socrate

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Socrate un jour faisant bâtir,
Chacun censurait son ouvrage :
L’un trouvait les dedans, pour ne lui point mentir,
Indignes d’un tel personnage ;
L’autre blâmait la face, et tous étaient d’avis
Que les appartements en étaient trop petits.
Quelle maison pour lui ! l’on y tournait à peine.
« Plût au ciel que de vrais amis,
Telle qu’elle est, dit-il, elle pût être pleine ! »
Le bon Socrate avait raison
De trouver pour ceux-là trop grande sa maison.
Chacun se dit ami ; mais fou qui s’y repose :
Rien n’est plus commun que ce nom,
Rien n’est plus rare que la chose.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

La Mort et le Mourant
La Mort ne surprend point le sage :Il est toujours prêt à partir,S’étant su lui-même avertirDu temps où l’on se doit résoudre à ce passage.Ce temps, hélas ! embrasse tous les temps :Qu’on le partage en jours, en heures, en moments,Il…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Les Femmes et le Secret
Rien ne pèse tant qu’un secret ;Le porter loin est difficile aux dames ;Et je sais même sur ce faitBon nombre d’hommes qui sont femmes.Pour éprouver la sienne un mari s’écria,La nuit, étant près d’elle : « Ô Dieux ! qu’est-ce cela ?Je…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Paysan du Danube
Il ne faut point juger des gens sur l’apparence.Le conseil en est bon ; mais il n’est pas nouveau.Jadis l’erreur du SouriceauMe servit à prouver le discours que j’avance :J’ai, pour le fonder à présent,Le bon Socrate, Ésope, et certain…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Écrevisse et sa Fille
Les Sages quelquefois, ainsi que l’Écrevisse,Marchent à reculons, tournent le dos au port.C’est l’art des matelots : c’est aussi l’artificeDe ceux qui, pour couvrir quelque puissant effort,Envisagent un point directement contraire,Et font…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Du Thésauriseur et du Singe
Un Homme accumulait. On sait que cette erreurVa souvent jusqu’à la fureur.Celui-ci ne songeait que ducats et pistoles.Quand ces biens sont oisifs, je tiens qu’ils sont frivoles.Pour sûreté de son trésor,Notre avare habitait un lieu dont…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables