Minos et la Mort

Les fables de la Motte
Partager sur Facebook

Rions, chantons, parons-nous de ces roses,
que les doux zéphirs de leur main
nous offrent fraîchement écloses ;
saisissons un plaisir certain ;
de vin, d' amour doublons les doses ;
hâtons-nous ; nous mourrons demain.
C' est fort mal conclu, n' en déplaise
au bon Horace, au vieillard de Theos
ils posent par tout cette these ;
moi, j' en pose une autre en deux mots.
Laissons-là le plaisir ; songeons à la justice ;
les momens que nous différons,
pis que perdus pour nous, sont gagnés pour le vice ;
hâtons-nous, demain nous mourrons.
Ces gens pour le plaisir tenant l' affirmative,
fondez sur un prochain trepas,
ne le voyoient pourtant qu' en perspective ;
ils en parloient ; mais ils n' y pensoient pas.
Qui croit mourir demain, se tient sur le qui vive ;
il voudroit être juste à vingt-quatre carats.
Ce n' est pas des plaisirs que l' on compte là-bas
avec Minos et ses confreres ;
ils veulent des vertus : songeons à nos affaires.
Ce Minos à la mort faisoit un jour sa plainte :
vous ne nous envoyez ici que des pervers ;
les bons de votre faux bravent-ils donc l' atteinte ?
Il n' en vient pas-un aux enfers.
Voluptueux, perfide, ambitieux, avare,
on n' y voit autre chose ; il faut toûjours punir.
Tout regorge dans le Tartare.
Megere aux criminels ne sçauroit plus fournir ;
s' il en arrive encor, où pourront-ils tenir ?
L' Elisée est desert, et ses heureux ombrages
n' hebergent plus d' hôtes nouveaux.
Par ci, par-là, quelques anciens sages
tout esseulés errent au bord des eaux :
j' ai presque peur que l' ennui ne les gagne ;
c' est peu d' un bois fleuri, d' une belle campagne ;
si quelqu' un n' admire avec nous,
c' est bien-tôt fait. Or je m' en prends à vous.
Moi, dit la mort, j' abats ce que je trouve.
Qu' y faire, si Minos réprouve
tous les humains que moissonne ma faux ?
Quelle part ai-je à leurs défauts ?
Oüi, vous dis-je, c' est vôtre faute ;
vous les frappez, sans vous montrer.
Tenez-leur la bride plus haute ;
d' une utile frayeur sçachez les pénétrer ;
guérissez-les de la longue espérance ;
vous verrez changer cette engeance :
et par plaisir, essayez ces moyens ;
l' Elisée en aura bien-tôt des citoyens.
Volontiers, dit la mort. Alors d' un pas rapide,
au milieu d' une ville elle va se loger ;
fait trembler le plus intrépide ;
se montre à tous, ne les laisse songer
qu' au glaive pendu sur leur tête.
Plus de jeux, plus de folle fête ;
le squelette à toute heure est présent à leurs yeux,
leur prêchant le devoir et la crainte des dieux.
Tout prit bien-tôt une face nouvelle.
Le magistrat fut juste, et le prêtre fut saint ;
le mari sage et la femme fidelle,
l' enfant soûmis. C' est la faux que l' on craint,
il est vrai ; mais la crainte amena la sagesse ;
par ses propres appas elle se fit aimer.
Cette ville devint celle que dans la Grece
Platon auroit voulu former.
On n' y vit ni crimes, ni fautes.
Minos fut satisfait ; l' Elisée eut des hôtes.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

L'Homme et la Sirène
Quelle espece est l' humaine engeance !Pauvres mortels où sont donc vos beaux jours ?Gens de desir et d' espérance,vous soûpirez long-temps après la jouïssance ;jouïssez-vous ? Vous vous plaignez toûjours.Mille et mille projets roulent…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Le Perroquet
Un homme avoit perdu sa femme ;il veut avoir un perroquet.Se console qui peut. Plein de la bonne dame,il veut du moins chez lui remplacer son caquet.Il court chez l' oyselier. Le marchand de ramages,bien assorti de chants et de…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Les deux Statues
Sur le sommet d' un temple magnifique,on voulut élever l' image de Pallas ;et pour ce monument toute une républiquemit en oeuvre deux Phidias,grand prix pour qui feroit la plus belle statuë ;on veut choisir. Un seul devoit avoir l'…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
La Rose et le Papillon
Qu' est devenu cet âge où la naturerioit sans cesse au genre humain ;cet âge d' or, dont la peinturenous flate encor ? Songe doux quoique vain.Mais ce n' est pas que j' en rappelleles jours sereins et les tranquilles nuits.Que la nature…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
L'Orne et le Noyer
Sur le penchant d' une montagne,haut et puissant seigneur de la campagne,l' orme habitoit près du noyer.Bons voisins, ils jasoient pour se désennuyer.L' orme disoit à son compere ;en vérité j' ai lieu de me plaindre du sort.Je suis haut,…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Plus de Fables