L'Homme et la Sirène

Les fables de la Motte
Partager sur Facebook

Quelle espece est l' humaine engeance !
Pauvres mortels où sont donc vos beaux jours ?
Gens de desir et d' espérance,
vous soûpirez long-temps après la jouïssance ;
jouïssez-vous ? Vous vous plaignez toûjours.
Mille et mille projets roulent dans vos cervelles.
Quand ferai-je ceci ? Quand aurai-je cela ?
Jupiter vous dit, le voilà,
demain dites-m' en des nouvelles,
jouïssez ; je vous attends-là.
Ne vous y trompez pas ; toute chose à deux faces ;
moitié défauts et moitié graces.
Que cet objet est beau ! Vous en êtes tenté.
Qu' il sera laid, s' il devient vôtre !
Ce qu' on souhaite est vû du bon côté ;
ce qu' on posséde est vû de l' autre.
D' une sirène un homme étoit amoureux fou.
Il venoit sans cesse au rivage
offrir à sa Venus le plus ardent hommage ;
se tenoit là, soupiroit tout son soû.
La nuit l' en arrachoit à peine,
les soucis avoient pris la place du sommeil ;
et la nuit se passoit à presser le soleil
de revenir lui montrer sa sirène.
Quels yeux ! Quels traits ! Et quel corps faitau tour !
S' écrioit-il : quelle voix ravissante !
Le ciel n' enferme pas de beauté si touchante.
Il languit, séche, meurt d' amour.
Neptune en eut pitié. ça, lui dit-il un jour,
la sirène est à toi ; je l' accorde à ta flamme.
L' hymen se fait ; il est au comble de ses voeux ;
mais dès le lendemain le pauvre malheureux
trouve un monstre au lieu d' une femme.
Pauvre homme ! Autant l' avoient travaillé sestransports,
autant le dégoût le travaille.
Le desirant ne vit que la tête et le corps ;
le jouïssant ne vit que la queuë et l' écaille.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Les deux Statues
Sur le sommet d' un temple magnifique,on voulut élever l' image de Pallas ;et pour ce monument toute une républiquemit en oeuvre deux Phidias,grand prix pour qui feroit la plus belle statuë ;on veut choisir. Un seul devoit avoir l'…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Minos et la Mort
Rions, chantons, parons-nous de ces roses,que les doux zéphirs de leur mainnous offrent fraîchement écloses ;saisissons un plaisir certain ;de vin, d' amour doublons les doses ;hâtons-nous ; nous mourrons demain.C' est fort mal conclu,…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Les Dieux d'Egypte
Dans l' égypte jadis toute bête étoit dieu ;tant l' homme au contraire étoit bête !Tel animal ailleurs, qui n' a ni feu ni lieu,avoit là son temple et sa fête.On avoit fait un jour dans le temple du chatd' un rat blanc et sans tache un…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Le Boeuf et le Ciron
Qu' est-ce que l' homme ? Aristote répond :c' est un animal raisonnable.Je n' en crois rien ; s' il faut le définir à fond,c' est un animal sot, superbe et misérable.Chacun de nous sourit à son néant,s' exagere sa propre idée :tel s'…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
L'Eclipse
De nos récits chassons l' emphase ;laissons le stile ambitieuxà ces chantres hardis qu' embrasel' ardeur de célébrer les héros et les dieux.Moi, chantre d' animaux et simple fabuliste,je dois conter naïvement,suivre toûjours la nature à…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Plus de Fables