Les deux Statues

Les fables de la Motte
Partager sur Facebook

Coypel, digne héritier d' un Appelle nouveau,
qui, recuëillant sa sublime industrie,
t' es fait donner ta part de son pinceau
en pur avancement d' hoirie ;
si loin que son art soit allé,
il doit craindre qu' un jour ton sçavoir ne l' égale.
Je l' en crois, entre nous, déja tout consolé ;
et nature en ravit l' honneur à la morale.
à mes travaux ajoûte ici les tiens ;
rends présent ce que je raconte.
Mes vers me semblent bons (chacun le croit des siens)
mais du tableau l' impression plus prompte
réunit en un seul moment
ce que le vers ne dit que successivement.
Rassemble dans tes traits tout l' esprit de l' ouvrage ;
peins même les discours dans l' air du personnage ;
que ton pinceau moralise avant moi.
Tant mieux, si je suis presque inutile après toi.
Tu l' as fait. Ce tableau plaisamment formidable,
en action réelle érige mon récit.
Dans ce que tu peins tout est dit ;
et qui le voit, a lû ma fable.
La nuit avoit au monde amené le repos.
Le silence regnoit sur toute la nature ;
et l' obligeant Morphée à chaque créature
faisoit litiere de pavots.
Une sorciere de Carie,
une vieille Medée, une autre Canidie,
sçavante en l' art d' interroger le sort,
pour exercer sa science hardie,
arrive dans un bois qui tremble à son abord.
Dans le centre d' un cercle elle établit la scéne
de ses enchantemens divers ;
sur l' autel en triangle allume la verveine,
en prononçant les mots souverains des enfers.
Pour sacrifice au dieu du noir rivage,
elle souffle la peste au plus prochain bercail ;
et fait sur l' heure à l' innocent bétail
perdre le goût du pâturage.
Pluton, de ce grand art le vassal immortel,
députe à la sorciere une légion d' ombres,
qui viennent des royaumes sombres
comparoître au magique autel.
Ce n' est pas tout. Il faut que du ciel arrachée
la lune descende en ce bois.
De son char, par un mot, la voilà détachée.
Des pauvres cariens les tambours et les voix
la rappellent en vain : la lune est empêchée.
à quoi ? Vous allez voir. Dès que tout s' est rendu
aux loix de la magicienne,
tirez-moi de souci, leur dit la carienne ;
où puis-je retrouver un chien que j' ai perdu ?
Quoi, falloit-il troubler l' ordre de la nature,
lui dit Hecate, pour ton chien ?
Eh que m' importe son allure,
dit la vieille, pourvû que je n' y perde rien ?
Que de gens ne seroient, avec même puissance,
ni plus justes ni plus sensez !
Pour un rien ils mettroient tout le monde en souffrance :
ils se contentent ; c' est assez.
Est-ce hiperbole ? Non : et ma fable s' appuye
d' un fait connu de l' univers.
Parce qu' Alexandre s' ennuye,
il va mettre le monde aux fers.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

La montre et le cadran solaire
Un jour la montre au cadran insultoit,demandant quelle heure il étoit.Je n' en sçais rien, dit le greffier solaire,eh ! Que fais-tu donc là, si tu n' en sçais pas plus ?J' attends, répondit-il, que le soleil m' éclaire ;je ne sçais rien…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Mercure et les Ombres
Mercure conduisoit quatre ombres aux enfers.Comptons-les : une jeune fille,item un pere de famille,plus un héros, enfin un grand faiseur de vers.Allant de compagnie, au gré du caducéeils s' entretenoient en chemin.Hélas, dit l' ombre…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
La Lotterie de Jupiter
Le bon Jupin voulant gratifierla race humaine sa servante,par Mercure fit publierune ample lotterie, en tous biens abondante.Tout billet étoit noir ; chacun devoit gagner,point de sixiéme à prendre sur l' espéceles premiers lots étoient…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Le Medecin astrologue
Enfans de Galien, pardonnez l' apologue.Un medecin, qui pis est, astrologue,de son valet Colin, jeune, frais, vigoureux,fit l' horoscope ; et vit, selon son thême,qu' en même jour le valet et lui-même,seroient de maladie emportés tous les…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Le Pellican et l'Araignée
Les animaux tiennent école ;docteurs regens, et docteurs aggrégés,ornés de leur fourure et par ordre rangés,tour à tour pour instruire y prennent la parole.Chacun a son systême à donner sur les moeurs.De quelque point chaque espéce…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Plus de Fables