Les Singes matelots

Les fables de la Motte
Partager sur Facebook

Un navire chargé d' une peuplade singe,
colonie amassée aux forêts de Narsinge,
venoit d' arriver dans un port.
Le débit étoit sûr de cette marchandise ;
le roi du pays l' aimoit fort.
Que ce fût bon goût ou sotise,
avec lui tout son peuple avoit raison ou tort.
Le monde se conforme à l' exemple du maître ;
et sur tout de la cour c' est-là le rudiment,
le prince est enrumé ; le courtisan veut l' être ;
la mode en court dans le moment.
Nos marchands de magots, pour annoncer leur foire,
dans la ville étoient descendus ;
l' équipage étoit allé boire ;
les singes restoient et rien plus.
Leur doyen se leva, capable personnage :
camarades, dit-il, je médite un bon tour.
Dérobons-nous à l' esclavage,
l' occasion nous rit, hâtons nôtre retour.
Vous avez vû quelle manoeuvre
gouverne les vents et les flots ;
pour notre apprentissage essayons ce chef-d' oeuvre ;
je serai le pilote, et vous les matelots.
Vivent les bons conseils, s' écria l' assemblée ;
partons ; liberté, liberté !
On démare aussi-tôt ; la voile est étalée :
et voilà par les vents le navire emporté.
Tout alloit bien d' abord ; plus d' un zéphir les pousse ;
vous eussiez vû maint petit mousse
courant de vergue en vergue, et grimpant sur les mats ;
tandis qu' au gouvernail le vieux singe se place,
d' un pilote inquiet affectant la grimace :
on l' eût pris pour Tiphis à son grave embarras.
Messieurs, leur disoit-il, l' orage nous menace ;
je vois un nuage là-bas ;
déja des mers se ride et se noircit la face ;
nous aurons du gros tems ; mais ne le craignez pas.
Il disoit vrai quant à l' orage ;
quant à son art, c' étoit un autre cas.
Les vents dans le moment déployerent leur rage ;
de foudres redoublés un horrible fracas
allarme le pauvre équipage,
qui se voit à toute heure à deux doigts du trépas.
Ils font à tout hazard ce qu' ils avoient vû faire ;
mais ils le font en imprudens.
Il faut caler la voile ; ils font tout le contraire.
Voulant fuir les rochers, ils vont donner dedans.
Comme ils ont vû dans pareille avanture,
des matelots jurans, d' autres faisant des voeux ;
les singes font de même entr' eux ;
celui là prie, et l' autre jure.
Priant, jurant, chacun travaille à qui mieux mieux,
ou bien à qui plus mal ; c' est pure étourderie.
Eh ! Que leur sert leur aveugle industrie ?
Le vaisseau heurte un roc et se brise à leurs yeux ;
et la mer abîma toute la singerie.
Imitateurs, je prends mes singes à témoin ;
vous échouerez ; votre art ne vous mene pas loin.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Apollon , Mercure et le Berger
L' homme est ingrat ; c' est son grand vice.Comme une grace il sollicite un bien ;l' a-t-il reçû ? Ce n' est plus que justice ;on a bien fait ; il n' en doit rien.Place-t-on un nouveau ministre ?Il faut pour ses flatteurs agrandir son…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Chat et Chauve-souris
Gardons-nous de rien feindre en vain.La vérité doit naître de la fable.Qu' est-ce qu' un conte sans dessein ?Parole oiseuse et punissable.Mais tout vrai ne plaît pas. Un vrai fade et …
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Les Dieux d'Egypte
Dans l' égypte jadis toute bête étoit dieu ;tant l' homme au contraire étoit bête !Tel animal ailleurs, qui n' a ni feu ni lieu,avoit là son temple et sa fête.On avoit fait un jour dans le temple du chatd' un rat blanc et sans tache un…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Au Roy la belle et le miroir
Prince, l' amour du peuple et sa chère espérance,soleil, qui commences ton cours ;dont l' aurore déja fait goûter à la Francele présage des plus beaux jours :je te vouë (et mon zèle en ta bonté se fie)ces…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Les deux Lezards
Au coin d' un bois, le long d' une muraille,deux lezards, bons amis, conversoient au soleil.Que notre état est mince ! En est-il un pareil ?Dit l' un. Nous respirons ici vaille que vaille ;et puis c' est tout ; à peine le sçait-on,nul…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Plus de Fables