Les Singes

Les fables de la Motte
Partager sur Facebook

Le peuple singe un jour vouloit élire un roi.
Ils prétendoient donner la couronne au mérite ;
c' étoit bien fait. La dépendance irrite,
quand on n' estime pas ceux qui donnent la loi.
La diete est dans la plaine ; on caracolle, on saute ;
chacun sur la puissance essaye ainsi son droit ;
car le sceptre devoit tomber au plus adroit.
Un fruit pendoit au bout d' une branche assez haute ;
et l' agile sauteur qui sçauroit l' enlever,
étoit celui qu' au trône on vouloit élever.
Signal donné, le plus hardi s' élance ;
il ébranle le fruit ; un autre en fait autant ;
l' autre saute à côté, prend l' air pour toute chance,
et retombe fort mécontent.
Après mainte et mainte secousse,
prêt à choir où le vent le pousse
le fruit menaçoit de quitter.
Deux prétendans ont encore à sauter.
Ils s' élancent tous deux ; l' un pesant, l' autreagile ;
le fruit tombe et vient se planter
dans la bouche du mal-habile ;
l' adroit n' eut que la queue, il eut beau s' en vanter.
Allons, cria le sénat imbecile ;
celui qui tient le fruit doit seul nous regenter.
Un long vive le roi fend soudain les nuées ;
l' adresse malheureuse attira les huées.
Oh, oh ! Le plaisant jugement !
Dit un vieux singe ; imprudens que nous sommes,
c' est par trop imiter les hommes :
nous jugeons par l' évenement.
L' histoire des singes varie ;
sur cet évenement il est double leçon.
Pour l' un et l' autre cas la nation parie ;
je doute aussi du vrai ; mais l' un et l' autre est bon.
On dit que le vieux singe affoibli par son âge
au pied de l' arbre se campa.
Il prévit en animal sage,
que le fruit ébranlé tomberoit du branchage,
et dans sa chûte il l' attrapa.
Le peuple à son bon sens décerna la puissance ;
on n' est roi que par la prudence.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Les Oiseaux
Sur un haut chêne au pied d' une montagne,s' étoient dès le matin, assemblés mille oiseaux,qui voltigeant de rameaux en rameauxde leurs brillans concerts égayoient la campagneainsi, sans soins, sans embarras,chantant leur joye ou leur…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Le Lynx et la Taupe
Variété, je t' ai voué mon coeur.Qui te perd un moment de vûë,tombe aussi-tôt dans la langueur.Rien ne charme à la continuë ;seule, tu plais toûjours. J' ai pitié du lecteurquand tu n' as pas versé tes graces sur l' auteur.Préside à mes…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Le Corbeau et le Faucon
Un corbeau vigoureux dans la fleur de son âge, par monts, par vaux, alloit chercher son pain.Un vieux corbeau du voisinage,tout pelé, tout gouteux (le grand âge est mal sain)se tenoit dans son trou, prêt à mourir de faim.Le jeune…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
La Rose et le Papillon
Qu' est devenu cet âge où la naturerioit sans cesse au genre humain ;cet âge d' or, dont la peinturenous flate encor ? Songe doux quoique vain.Mais ce n' est pas que j' en rappelleles jours sereins et les tranquilles nuits.Que la nature…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Le Medecin astrologue
Enfans de Galien, pardonnez l' apologue.Un medecin, qui pis est, astrologue,de son valet Colin, jeune, frais, vigoureux,fit l' horoscope ; et vit, selon son thême,qu' en même jour le valet et lui-même,seroient de maladie emportés tous les…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Plus de Fables