Les Singes

Les fables de la Motte
Partager sur Facebook

Le peuple singe un jour vouloit élire un roi.
Ils prétendoient donner la couronne au mérite ;
c' étoit bien fait. La dépendance irrite,
quand on n' estime pas ceux qui donnent la loi.
La diete est dans la plaine ; on caracolle, on saute ;
chacun sur la puissance essaye ainsi son droit ;
car le sceptre devoit tomber au plus adroit.
Un fruit pendoit au bout d' une branche assez haute ;
et l' agile sauteur qui sçauroit l' enlever,
étoit celui qu' au trône on vouloit élever.
Signal donné, le plus hardi s' élance ;
il ébranle le fruit ; un autre en fait autant ;
l' autre saute à côté, prend l' air pour toute chance,
et retombe fort mécontent.
Après mainte et mainte secousse,
prêt à choir où le vent le pousse
le fruit menaçoit de quitter.
Deux prétendans ont encore à sauter.
Ils s' élancent tous deux ; l' un pesant, l' autreagile ;
le fruit tombe et vient se planter
dans la bouche du mal-habile ;
l' adroit n' eut que la queue, il eut beau s' en vanter.
Allons, cria le sénat imbecile ;
celui qui tient le fruit doit seul nous regenter.
Un long vive le roi fend soudain les nuées ;
l' adresse malheureuse attira les huées.
Oh, oh ! Le plaisant jugement !
Dit un vieux singe ; imprudens que nous sommes,
c' est par trop imiter les hommes :
nous jugeons par l' évenement.
L' histoire des singes varie ;
sur cet évenement il est double leçon.
Pour l' un et l' autre cas la nation parie ;
je doute aussi du vrai ; mais l' un et l' autre est bon.
On dit que le vieux singe affoibli par son âge
au pied de l' arbre se campa.
Il prévit en animal sage,
que le fruit ébranlé tomberoit du branchage,
et dans sa chûte il l' attrapa.
Le peuple à son bon sens décerna la puissance ;
on n' est roi que par la prudence.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Fromage
Deux chats avoient pris un fromage,et tous deux à l' aubaine avoient un droit égal.Dispute entre eux pour le partage.Qui le fera ? Nul n' est assez loyal.Beaucoup de gourmandise et peu de conscience ;témoin leur propre fait, le fromage…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
La montre et le cadran solaire
Un jour la montre au cadran insultoit,demandant quelle heure il étoit.Je n' en sçais rien, dit le greffier solaire,eh ! Que fais-tu donc là, si tu n' en sçais pas plus ?J' attends, répondit-il, que le soleil m' éclaire ;je ne sçais rien…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
L'Enfant et les Nois
Le peuple singe un jour vouloit élire un roi.Ils prétendoient donner la couronne au mérite ;c' étoit bien fait. La dépendance irrite,quand on n' estime pas ceux qui donnent la loi.La diete est dans la plaine ; on caracolle, on saute…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Le Caméléon
Deux de ces gens coureurs du monde,qui n' ont point assez d' yeux et qui voudroient tout voir ;qui pour dire, j' ai vû, je le dois bien sçavoir,feroient vingt fois toute la terre ronde :deux voyageurs, n' importe de leur nom,chemin faisant…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Le Renard et le Chat
Faire parler les animaux,ce ne fut pas tout l' art des mensonges d' Esope :dans ses contes il dévelopeleurs apetits divers, leurs instincts inégaux.Il faut à la nature être toujours fidele ;ne point faire du loup l' allié des brebis ;ne…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Plus de Fables