Le Mocqueur

Les fables de la Motte
Partager sur Facebook

Halte-là, lecteur, et qui vive ?
Es-tu le partisan ou l' envieux du beau ?
Et si par hazard il m' arrive
de t' offrir quelque trait sensé, vif et nouveau,
n' es-tu point résolu d' avance
à le trouver mauvais, et sans autre pourquoi ?
S' il est ainsi, je te dispense
d' aller plus loin : je n' écris pas pour toi.
Va-t' en porter ta censure hautaine
sur Corneille, Boileau, Racine ou La Fontaine :
voilà des écrivains dignes de t' exercer.
Pour moi, je n' en vaux pas la peine.
Ce seroit pauvre gain que de me rabaisser.
Je veux un lecteur équitable,
qui pour tout mépriser, n' aille pas se saisir
de quelque endroit en effet méprisable ;
qui me blâme à regret, lorsque je suis blâmable ;
et lorsque je suis bon, le sente avec plaisir.
Vive ce lecteur sociable :
mais quant à ces lecteurs malins,
qui des talens d' autrui font leur propre supplice,
puissent naître pour eux des ouvrages divins,
dont le mérite les punisse,
ils n' auroient avec moi que de petits chagrins.
La nature est par tout variée et féconde.
Dans un pays du nouveau monde
qu' habitent mille oiseaux inconnus à nos bois,
il en est un de beau plumage ;
mais qui pour chant n' eut en partage
que le talent railleur d' imiter d' autres voix.
Sire mocqueur (c' est ainsi qu' on l' appelle),
entendit au lever d' une aurore nouvelle,
ses rivaux saluer le jour.
De brocards fredonnez le railleur les harcelle ;
rien n' échappe ; tout a son tour.
De l' un il traîne la cadence ;
de l' autre il outre le fausset ;
change un amour plaintif en fade doleance,
un ramage joyeux en importun fifflet ;
donne à tout ce qu' il contrefait
l' air de défaut et d' ignorance.
Tandis que mon mocqueur par son critique écho
traitoit ainsi nos chantres da-poco ;
fort bien, dit un d' entre eux, parlant pour tous les autres
nos chants sont imparfaits ; mais montrez-nous des vôtres.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Perroquet
Un homme avoit perdu sa femme ;il veut avoir un perroquet.Se console qui peut. Plein de la bonne dame,il veut du moins chez lui remplacer son caquet.Il court chez l' oyselier. Le marchand de ramages,bien assorti de chants et de…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
L'Orne et le Noyer
Sur le penchant d' une montagne,haut et puissant seigneur de la campagne,l' orme habitoit près du noyer.Bons voisins, ils jasoient pour se désennuyer.L' orme disoit à son compere ;en vérité j' ai lieu de me plaindre du sort.Je suis haut,…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
La Pie
Un traitant avoit un commis ;le commis un valet ; le valet une pie.Quoique de la rapine ils fussent tous amis,des quatre, l' animal étoit la moins harpie.Le financier en chef voloit le souverain ;le commis en second voloit l' homme d'…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Apollon , Mercure et le Berger
L' homme est ingrat ; c' est son grand vice.Comme une grace il sollicite un bien ;l' a-t-il reçû ? Ce n' est plus que justice ;on a bien fait ; il n' en doit rien.Place-t-on un nouveau ministre ?Il faut pour ses flatteurs agrandir son…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Au Roy la belle et le miroir
Prince, l' amour du peuple et sa chère espérance,soleil, qui commences ton cours ;dont l' aurore déja fait goûter à la Francele présage des plus beaux jours :je te vouë (et mon zèle en ta bonté se fie)ces…
Fable :: Antoine Houdar de La Motte
Partager sur Facebook
Plus de Fables