De l’Araignée, de la Guespe et de la Mouche

Les fables de François Habert
Partager sur Facebook

L’Araigne auoit sa belle toille ourdye
Et l’achevant pour un temps la laissa.
Mais il suruint vne guespe estourdie
Qui la rompist et par dedans passa.
L’Araigne adoncq bien fort se courrouça
De voir ainsi gaster son petit bien;
Le sens deffaut à lors qu’on perd le sien .
Elle luy dist : « Qui te meut de deffaire
A coup  cela que i’ay fait à loisir? »
Respond la Guespe : « Et qu’en as tu affaire?
Ce que i’ay faict, ie l’ay faict par plaisir.
— Ha, dist l’Araigne, or voy ie bien gesir
Morte à l’envers droicture et équité :
Car de pescher les gros ont liberté. »
Bien tost après une Mousche petite
Cuidant passer dedans s’enveloppa,
Dont folle feust : car l’Araigne despite
Dedans ses retz promptement l’atrappa;
Et si souvent son tendre corps frappa,
Qu’il demeura presque tout affollé .
Le plus petit est tousiours plus foullé.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Du Lion, du Loup et de l'Asne
Le fier lion, cheminant par la voie,Trouva un loup et un asne basté,Devant lesquels tout court s'est arresté,En leur disant : Jupiter vous convoie.Le loup, voyant cette beste royale Si près de soi, la salue humblement : Autant en fait…
Fable :: François Habert
Partager sur Facebook
Du Coq et du Renard
Le renard, par bois errant,Va quérant,Pour sa dent, tendre pasture,Et si loin en la fin va,Qu'il trouva Le coq par mésaventure.Le coq, de grand peur qu'il aS'envola Sur une ente haute et belle, Disant que maistre renardN'a pas…
Fable :: François Habert
Partager sur Facebook
Plus de Fables