Du Coq et du Renard

Les fables de François Habert
Partager sur Facebook

Le renard, par bois errant,
Va quérant,
Pour sa dent, tendre pasture,
Et si loin en la fin va,
Qu'il trouva
Le coq par mésaventure.
Le coq, de grand peur qu'il a
S'envola
Sur une ente haute et belle,
Disant que maistre renard
N'a pas l'art
De monter dessus Scelle.
Le renard, qui l'entendit,
Lui a dit,
Pour mieux couvrir sa fallace :
Dieu te garde, ami très-cher !
Te chercher
Suis venu en cette place,
Pour te raconter un cas
Dont tu n'as
Encore la connoissance;
C'est que tous les animaux,
Laids et beaux,
Ont fait entre eux alliance.
Toute guerre cessera ;
Ne sera Plus entr'eux fraude maligne ;
Sûrement pourra aller
Et parler
Àvecque moi la geline.
De bestes un million,
Le lion Mene jà par la campagne;
La brebis avec le loup,
A ce coup,
Sans nul danger s'accompagne.
Tu pourras voir ici bas
Grands ébats
Démener chacune beste :
Descendre donc il te faut
De là-haut,
Pour solemniser la feste.
Or fut le coq bien subtil :
J'ai, dit-il,
Grande joi' d'une paix telle,
Et je te remerci' bien
Du grand bien
D'une si bonne nouvelle.
Cela dit, vient commencer
A hausser
Son col et sa creste rouge,
Et son regard il épard
Mainte part,
Sans que de son lieu se bouge.
Puis dit :
J'entends par les bois
Les abbois
De trois chiens qui cherchent proie ;
Ho ! compère, je les voi
Près de toi;
Va avec eux par la voie.
Oh ! non ; car ceux-ci n'ont pas
Sçu le cas
Tout ainsi comme il se passe,
Dit le renard : je m'en vas
Tout là bas,
De peur que n'aye la chasse.
Ainsi fut, par un plus fin,
Mise à fin
Du subtil renard la ruse.
Qui ne veut estre déçu
A son sçu,
D'un tel engin faut qu'il use.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Du Lion, du Loup et de l'Asne
Le fier lion, cheminant par la voie,Trouva un loup et un asne basté,Devant lesquels tout court s'est arresté,En leur disant : Jupiter vous convoie.Le loup, voyant cette beste royale Si près de soi, la salue humblement : Autant en fait…
Fable :: François Habert
Partager sur Facebook
De l’Araignée, de la Guespe et de la Mouche
L’Araigne auoit sa belle toille ourdyeEt l’achevant pour un temps la laissa.Mais il suruint vne guespe estourdieQui la rompist et par dedans passa.L’Araigne adoncq bien fort se courrouçaDe voir ainsi gaster son petit bien;Le sens deffaut…
Fable :: François Habert
Partager sur Facebook
Plus de Fables