Le Pêcheur et le Poisson

Les fables d'Avianus
Partager sur Facebook

Un pêcheur, habitué à prendre mieux avec sa ligne, tira de l’eau un tout petit Poisson. Après qu’il eut amené son captif sur la rive et dégagé son hameçon de sa gueule avide :

" Épargnez-moi, je vous prie, lui dit, en versant des larmes, le Poisson suppliant. Quel profit tirerez-vous de tout mon être? Ma féconde mère vient de me produire dans le creux d’un rocher et m’a envoyé jouer dans nos domaines. Cessez de vous montrer hostile, et laissez-moi grandir pour figurer sur votre table; vous pourrez me repêcher sur ces bords. Bientôt, après m’être abondamment repu dans les eaux de l’immense Océan, je reviendrai, plus gras, mordre volontairement à votre hameçon. "

Le Pêcheur réplique qu’il n’est pas permis de rejeter à l’eau le poisson pris, et allègue l’imprudence de compter sur des chances incertaines.

" Et si c’est une sottise, ajoute-t-il, de laisser échapper la proie qu’on tient, c’est une sottise plus grande encore d’espérer jamais la reprendre. "

Qu’un espoir douteux ne vous fasse point renoncer à des avantages réels; car peut-être risqueriez-vous de chercher encore et de ne point trouver.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Lion et la Chèvre
Un Lion qui cheminait, pressé par la faim, vit une Chèvre paissant sur le sommet d’un rocher. "Quitte ces hauteurs rocailleuses et escarpées, lui dit-il tout d’abord, et ne cherche pas ta nourriture sur ces monts incultes; descends plutôt au milieu…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Satyre et le Voyageur
Par un jour de frimas où les champs endurcis étaient recouverts d’une couche épaisse de glace, un Voyageur s’arrêta au milieu de neiges amoncelées qui, dérobant la route, l’empêchaient d’aller plus avant. Un Satyre, gardien des forêts, eut, dit-on,…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Veau et le Boeuf
Un Veau magnifique, libre d’entraves et vierge du joug, voyait un Bœuf tracer sans fin des sillons dans un champ. Comment, lui dit-il, à ton âge, n’as-tu pas honte de ces liens dont on charge ta tête, et ne secoues-tu pas ce joug pour prendre du…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
La Corneille et l’Urne
Une Corneille, pressée par la soif, aperçut une grande Urne au fond de laquelle se trouvait un peu d’eau. Après s’être longuement efforcée de renverser le vase à terre, pour étancher sa soif dévorante, dépitée de ne pouvoir y parvenir, elle imagine…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Renard et la Panthère
Une Panthère aux flancs mouchetés, à la poitrine brillante, parcourait les campagnes au milieu des autres bêtes. Les lions si redoutables, mais dont le poil n’est pas marqueté, lui parurent tout d’abord une espèce misérable; et, jetant sur tous les…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Plus de Fables