La Mouche et la Fourmi

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

La Mouche et la Fourmi contestaient de leur prix.
Ô Jupiter ! dit la première,
Faut-il que l’amour propre aveugle les esprits
D’une si terrible manière,
Qu’un vil et rampant animal
À la fille de l’air ose se dire égal ?
Je hante les Palais ; je m’assieds à la table :
Si l’on t’immole un bœuf, j’en goûte devant toi :
Pendant que celle-ci chétive et misérable,
Vit trois jours d’un fétu qu’elle a traîné chez soi.
Mais ma mignonne, dites-moi,
Vous campez-vous jamais sur la tête d’un Roi,
D’un Empereur, ou d’une Belle ?
Je le fais ; et je baise un beau sein quand je veux :
Je me joue entre des cheveux :
Je rehausse d’un teint la blancheur naturelle :
Et la dernière main que met à sa beauté
Une femme allant en conquête,
C’est un ajustement des Mouches emprunté.
Puis allez-moi rompre la tête
De vos greniers. Avez-vous dit ?
Lui répliqua la ménagère.
Vous hantez les Palais : mais on vous y maudit.
Et quant à goûter la première
De ce qu’on sert devant les Dieux,
Croyez-vous qu’il en vaille mieux ?
Si vous entrez partout : aussi font les profanes.
Sur la tête des Rois et sur celle des Ânes
Vous allez vous planter ; je n’en disconviens pas ;
Et je sais que d’un prompt trépas
Cette importunité bien souvent est punie.
Certain ajustement, dites-vous, rend jolie.
J’en conviens : il est noir ainsi que vous et moi.
Je veux qu’il ait nom Mouche ; est-ce un sujet pourquoi
Vous fassiez sonner vos mérites ?
Nomme-t-on pas aussi Mouches les parasites ?
Cessez donc de tenir un langage si vain :
N’ayez plus ces hautes pensées :
Les Mouches de Cour sont chassées :
Les Mouchards sont pendus : et vous mourrez de faim,
De froid, de langueur, de misère,
Quand Phœbus régnera sur un autre hémisphère.
Alors je jouirai du fruit de mes travaux.
Je n’irai par monts ni par vaux
M’exposer au vent, à la pluie.
Je vivrai sans mélancolie.
Le soin que j’aurai pris, de soin m’exemptera.
Je vous enseignerai par là
Ce que c’est qu’une fausse ou véritable gloire.
Adieu : je perds le temps : laissez-moi travailler.
Ni mon grenier ni mon armoire
Ne se remplit à babiller.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

L’Ours et l’Amateur des jardins
Certain Ours montagnard, ours à demi léché,Confiné par le Sort dans un bois solitaire,Nouveau Bellérophon, vivait seul et caché.Il fût devenu fou : la raison d’ordinaireN’habite pas longtemps chez les gens séquestrés.Il est bon de parler,…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Torrent et la Rivière
Avec grand bruit et grand fracasUn torrent tombait des montagnes :Tout fuyait devant lui ; l’horreur suivait ses pas ;Il faisait trembler les campagnes.Nul voyageur n’osait passerUne barrière si puissante ;Un seul vit des voleurs ; et se…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Homme entre deux âges et ses deux Maîtresses
Un homme de moyen âge,Et tirant sur le grison,Jugea qu’il était saisonDe songer au mariage.Il avait du contant.Et partantDe quoi choisir. Toutes voulaient lui plaire ;En quoi notre amoureux ne se pressait pas tant.Bien adresser n’est…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Montagne qui accouche d'une souris
Une montagne en mal d’enfantJetait une clameur si haute,Que chacun, au bruit accourant,Crut qu’elle accoucherait sans fauteD’une cité plus grosse que Paris :Elle accoucha d’une souris.Quand je songe à cette fable,Dont le récit est…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Les Animaux malades de la peste
Un mal qui répand la terreur,Mal que le Ciel en sa fureurInventa pour punir les crimes de la terre,La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom),Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,Faisait aux Animaux la guerre.Ils ne mouraient pas…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables