Les deux Voyageurs

Les fables d'Avianus
Partager sur Facebook

Deux Voyageurs marchaient de compagnie dans les étroits sentiers de montagnes inconnues et de vallées tortueuses; comptant bien, l’un et l’autre, en réunissant leurs forces, parer à tous les dangers que le sort leur enverrait. Tandis qu’ils cheminaient, s’entretenant de choses et d’autres, paraît tout à coup un ours au milieu du chemin. L’un d’eux, d’un saut agile, monte sur un chêne, et, tout tremblant, se tient suspendu au milieu de son vert feuillage; l’autre, sans chercher à fuir, se laisse tomber, se couche par terre et fait le mort. L’animal féroce, alléché par cette proie, court à l’instant sur le malheureux, le soulève et lui fait sentir ses ongles crochus. L’effroi qu’éprouve le Voyageur donne à ses membres la raideur de la mort (car la chaleur vitale avait abandonné tout son corps). L’ours, quoique affamé, abandonne ce qu’il prend pour un cadavre qui sent, et retourne en sa caverne. Quand nos deux Voyageurs, peu à peu rassurés, renouèrent l’entretien, celui qui, tout à l’heure, s’était enfui, plus libre qu’il n’eût dû, dit à son compagnon :

" Instruis-moi donc, je te prie, de ce que l’ours t’a conté pendant que tu tremblais si fort; car il t’a dit bien des paroles, et de bien intimes.
— Oui, il m’a donné plusieurs avis, et m’a surtout recommandé de ne jamais oublier dans mon malheur ce conseil salutaire : Sois moins commode une autre fois en fait de compagnon, m’a-t-il dit, si tu ne veux pas encore une fois tomber sous les griffes d’un animal furieux. "

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Lion et la Chèvre
Un Lion qui cheminait, pressé par la faim, vit une Chèvre paissant sur le sommet d’un rocher. "Quitte ces hauteurs rocailleuses et escarpées, lui dit-il tout d’abord, et ne cherche pas ta nourriture sur ces monts incultes; descends plutôt au milieu…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
La Guenon et Jupiter
Jupiter voulut une fois connaître lequel de tous les êtres qui peuplent l’univers produisait les plus beaux rejetons. Toutes les espèces de bêtes sauvages accourent à l’envi aux pieds de sa grandeur, et celles des champs sont forcées de s’y rendre…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Sapin et le Buisson
Dans une dispute animée sur la prééminence de leur forme, un Sapin des plus beaux se moquait d’un Buisson épineux. " Le débat, disait-il, était inégal, vu le peu de rapprochement à faire entre leurs qualités. Je m’élance svelte et dégagé dans les…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
L’Ecrevisse et sa Mère
Une écrevisse aux pieds courbés, marchant à reculons, blessa son dos rugueux contre un rocher caché sous les eaux. Sa Mère, qui désirait la voir marcher d’un pas dégagé, lui adressa, dit-on, ces avis : " Ne t’amuse pas, ma fille, à te perdre en ces…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Chevalier
Un chevalier romain, chauve, qui nouait sur sa tête les cheveux qui lui restaient et se couvrait le front d’un faux toupet, se rendit un jour au Champ de Mars, attirant tous les regards par l’éclat de ses armes, et faisant caracoler son cheval…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Plus de Fables