Le Chien

Les fables d'Avianus
Partager sur Facebook

Ce n’est pas chose facile aux cœurs pervers que de se croire dignes des récompenses ou des châtiments qu’ils reçoivent.Un chien, dont les aboiements n’avaient rien de terrible, et dont la gueule se servait peu de ses dents menaçantes, et qui repliait mollement sous son ventre une queue timide, se mit un jour à mordre impitoyablement les passants. Son maître, pour qu’on ne se laisse point prendre à la feinte bonhomie du méchant animal, ordonne de lui suspendre une sonnette au cou. On lui met donc un collier auquel on attache l’instrument sonore qui, par son tintement facile, avertit chacun de prendre garde à soi. Le Chien cependant s’imaginait que cette distinction lui était accordée en raison de son mérite, et, dans sa vanité, jetait un regard de mépris sur ses confrères, quand le doyen de la gent canine, apostrophant l’orgueilleux qui les insultait, lui donna cette sage leçon :

" Malheureux! quelle folle illusion t’abuse, si tu crois que c’est comme récompense que tu portes cette sonnette! elle ne témoigne pas de tes qualités, mais le son qu’elle rend accuse sans cesse ta malice. "

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Chevalier
Un chevalier romain, chauve, qui nouait sur sa tête les cheveux qui lui restaient et se couvrait le front d’un faux toupet, se rendit un jour au Champ de Mars, attirant tous les regards par l’éclat de ses armes, et faisant caracoler son cheval…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Soldat et le Clairon
Un Soldat, vieilli dans les combats, avait fait vœu de livrer aux flammes toutes les armes qu’après la victoire il enlèverait à ses adversaires expirants, ou tout ce qu’il prendrait sur l’ennemi fugitif. Le sort le mit à même de s’acquitter de son…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
La Corneille et l’Urne
Une Corneille, pressée par la soif, aperçut une grande Urne au fond de laquelle se trouvait un peu d’eau. Après s’être longuement efforcée de renverser le vase à terre, pour étancher sa soif dévorante, dépitée de ne pouvoir y parvenir, elle imagine…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Les Taureaux et les Lions
Quatre magnifiques Taureaux, en paissant dans les prés, se lièrent jadis d’amitié si étroite, qu’ils ne s’écartaient jamais les uns des autres, quittant et regagnant en même temps l’étable. Aussi un fort Lion, terreur de la forêt, n’osait-il…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
La Grue et le Paon
L’oiseau de Junon retint un jour à dîner la Grue, habitante de la Thrace. Comme ils disputaient sur le mérite de leur forme différente, d’un simple désaccord surgit une querelle animée. Mon corps, disait le Paon, brille de mille nuances, tandis que…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Plus de Fables