L’Ecrevisse et sa Mère

Les fables d'Avianus
Partager sur Facebook

Une écrevisse aux pieds courbés, marchant à reculons, blessa son dos rugueux contre un rocher caché sous les eaux. Sa Mère, qui désirait la voir marcher d’un pas dégagé, lui adressa, dit-on, ces avis :

" Ne t’amuse pas, ma fille, à te perdre en ces détours; ne place plus ainsi tes pieds d’une manière oblique, pousse-les droit devant toi, et suis une route unie qui ne te blesse pas.
- Je le veux bien, lui dit sa fille, mais marchez devant moi, et montrez-moi la route droite pour mieux assurer mes pas. "

Il est par trop sot, quand on vit de la pire manière, de se faire censeur des défauts d’autrui.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Renard et la Panthère
Une Panthère aux flancs mouchetés, à la poitrine brillante, parcourait les campagnes au milieu des autres bêtes. Les lions si redoutables, mais dont le poil n’est pas marqueté, lui parurent tout d’abord une espèce misérable; et, jetant sur tous les…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
La Guenon et Jupiter
Jupiter voulut une fois connaître lequel de tous les êtres qui peuplent l’univers produisait les plus beaux rejetons. Toutes les espèces de bêtes sauvages accourent à l’envi aux pieds de sa grandeur, et celles des champs sont forcées de s’y rendre…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Pêcheur et le Poisson
Un pêcheur, habitué à prendre mieux avec sa ligne, tira de l’eau un tout petit Poisson. Après qu’il eut amené son captif sur la rive et dégagé son hameçon de sa gueule avide : " Épargnez-moi, je vous prie, lui dit, en versant des larmes, le Poisson…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Veau et le Boeuf
Un Veau magnifique, libre d’entraves et vierge du joug, voyait un Bœuf tracer sans fin des sillons dans un champ. Comment, lui dit-il, à ton âge, n’as-tu pas honte de ces liens dont on charge ta tête, et ne secoues-tu pas ce joug pour prendre du…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Poisson de rivière et le Poisson de mer
Entraîné par le courant impétueux d’un fleuve, un Poisson d’eau douce parcourait à l’aventure la vaste étendue des mers. Là, méprisant les poissons qu’il rencontre, il prétend l’impudent, qu’il est d’une espèce plus estimée. Un Phoque, habitant e…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Plus de Fables