L’Ecrevisse et sa Mère

Les fables d'Avianus
Partager sur Facebook

Une écrevisse aux pieds courbés, marchant à reculons, blessa son dos rugueux contre un rocher caché sous les eaux. Sa Mère, qui désirait la voir marcher d’un pas dégagé, lui adressa, dit-on, ces avis :

" Ne t’amuse pas, ma fille, à te perdre en ces détours; ne place plus ainsi tes pieds d’une manière oblique, pousse-les droit devant toi, et suis une route unie qui ne te blesse pas.
- Je le veux bien, lui dit sa fille, mais marchez devant moi, et montrez-moi la route droite pour mieux assurer mes pas. "

Il est par trop sot, quand on vit de la pire manière, de se faire censeur des défauts d’autrui.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Laboureur qui a trouvé un Trésor
Un Laboureur, en ouvrant la terre avec le soc de sa charrue, voit sortir du sillon un trésor. Il laisse aussitôt le labourage comme indigne de lui, et réserve ses bœufs pour de plus doux loisirs. Dans sa reconnaissance, il élève bientôt des autels à…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Paysan et l’Âne
Chacun doit se priser ce qu’il est, se contenter de son mérite personnel, et ne pas s’approprier les avantages d’autrui, sous peine de devenir la risée du public, quand, privé de ces splendeurs, on reparaît dans sa nudité première.Un Âne trouva…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Poisson de rivière et le Poisson de mer
Entraîné par le courant impétueux d’un fleuve, un Poisson d’eau douce parcourait à l’aventure la vaste étendue des mers. Là, méprisant les poissons qu’il rencontre, il prétend l’impudent, qu’il est d’une espèce plus estimée. Un Phoque, habitant e…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Chien et le Lion
Un Chien des mieux nourris rencontra, dit-on, un Lion des plus maigres, et s’entretint avec lui d’un ton enjoué. Ne voyez-vous pas, lui dit-il, mon large dos s’arrondir jusque sur mes flancs rebondis, et quels muscles rehaussent ma noble poitrine?…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
La Corneille et l’Urne
Une Corneille, pressée par la soif, aperçut une grande Urne au fond de laquelle se trouvait un peu d’eau. Après s’être longuement efforcée de renverser le vase à terre, pour étancher sa soif dévorante, dépitée de ne pouvoir y parvenir, elle imagine…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Plus de Fables