L’Ecrevisse et sa Mère

Les fables d'Avianus
Partager sur Facebook

Une écrevisse aux pieds courbés, marchant à reculons, blessa son dos rugueux contre un rocher caché sous les eaux. Sa Mère, qui désirait la voir marcher d’un pas dégagé, lui adressa, dit-on, ces avis :

" Ne t’amuse pas, ma fille, à te perdre en ces détours; ne place plus ainsi tes pieds d’une manière oblique, pousse-les droit devant toi, et suis une route unie qui ne te blesse pas.
- Je le veux bien, lui dit sa fille, mais marchez devant moi, et montrez-moi la route droite pour mieux assurer mes pas. "

Il est par trop sot, quand on vit de la pire manière, de se faire censeur des défauts d’autrui.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

L’Aigle et la Tortue
La Tortue, un jour, s’adressa aux oiseaux: si l’un deux voulait, après l’avoir fait voler, la déposer à terre, aussitôt elle irait tirer des coquillages du fond de la mer Rouge, et une perle serait la récompense de ce service. Elle s’indignait que,…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Taureau et le Bouc
Un Taureau, pour se soustraire aux poursuites d’un lion énorme, cherchait sur les coteaux déserts une retraite assurée. Il trouve une caverne qu’habitait alors un Bouc aux longs poils, conducteur ordinaire d’un troupeau barbu. Déjà il baissait la…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Loup et le Chevreau
Un Chevreau sorti de son étable pour se rendre aux champs, avait échappé par la supériorité de sa course à la poursuite d’un Loup. Tout d’abord il avait fui directement vers les habitations, où il s’arrêta au milieu d’un troupeau de moutons.…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Cultivateur et l’Alouette
Une petite Alouette avait logé ses petits dans un champ où les épis dorés se soutenaient sur des tiges encore vertes. Le chaume devenu sec et fragile, le Cultivateur, pria instamment ses voisins de venir l’aider à faire la moisson. La voix confiante…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Le Chevalier
Un chevalier romain, chauve, qui nouait sur sa tête les cheveux qui lui restaient et se couvrait le front d’un faux toupet, se rendit un jour au Champ de Mars, attirant tous les regards par l’éclat de ses armes, et faisant caracoler son cheval…
Fable :: Flavius Avianus
Partager sur Facebook
Plus de Fables