Simonide préservé par les Dieux

Les fables de Phèdre
Partager sur Facebook

J'ai dit plus haut combien les lettres avaient de prix parmi nous autres mortels : je vais maintenant parler des honneurs que les dieux eux-mêmes leur rendent.

Simonide, le même poète que j'ai déjà cité, était convenu , moyennant une certaine somme, de composer l'éloge d'un athlète vainqueur au pugilat. Il alla rêver dans la solitude ; mais le sujet, étroit et resserré, comprimant l'essor de son génie, il usa de la licence permise aux poètes, et intercala dans sou poème les deux astres fils jumeaux de Léda, pour relever par ce parallèle la gloire de son héros. L'ouvrage fut bien reçu , mais on ne compta à notre poète que le tiers de la somme. Comme il demandait le reste, l'athlète lui répondit: « Vous le recevrez de ceux pour qui vous avez fait les deux tiers de l'ouvrage. Au reste, pour ine prouver que vous n'êtes pas mécontent, promettez-moi de venir souper avec nous : j'ai invité aujourd'hui mes parens, et je vous regarde comme du nombre. » Quoique trompé, et blessé d'une telle façon d'agir, Simonide accepta pour ne pas se brouiller tout-à-fait avec lui. Il vint à l'heure dite et prit place parmi les convives : le repas, que le choc des coupes égayait, était resplendissant, et toute la maison en fêle raisonnait d'un joyeux tapage. Tout à coup deux jeunes gens tout couverts de sueur et de poussière, mais dont les figures révélaient une majesté plus qu'humaine , chargent un esclave d'aller dire à Simonide de venir, qu'on l'attend , et qu'il est de son plus grand intérêt de se presser. L'esclave tout ému entraîne Simonide, qui n'a pas plus tôt mis le pied hors de la salle, que le plafond s'écroule et écrase tous les convives. Cependant personne ne revit les deux jeunes gens. Dès que l'on apprit cette liagique histoire , on ne douta plus que ce ne fussent les dieux reconnaissans qui élaient venus sauver la vie à leur poète.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Loup et la Grue
Il n’est pas sûr de sauver les méchants.Celui qui, des méchants, désire récompense,Pèche deux fois ; d’abord il aide indigne engeance,Et puis, impunément, à grand peine il s’en va.Le gosier obstrué d’un os qu’il dévora,Et vaincu par grande…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
La Mouche et la Mule
Une mouche vint se poser sur le timon d'un char et, gourmandant la mule : «Que tu es lente ! lui dit-elle; tu ne veux donc pas aller plus vite ? Prends garde que avec mon aiguillon je ne te crible le cou de piqûres.»La mule lui répondit : « Tes…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Jeune Taureau, le Lion et le Braconnier
Un Lion tenait sous ses griffes un jeune Taureau terrassé. Un Braconnier survint, qui réclame une part. Le lion lui dit : « Je te la donnerais, si tu n’avais l’habitude de prendre; » et il repoussa ainsi le coquin. Le hasard conduisit au même…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Prince joueur de flûte
Lorsqu'un esprit plein de vanité, ébloui d'une faveur passagère, se laisse aller à sa folle présomption, son sot orgueil le rend le jouet de tout le monde. Le Prince , joueur de flûte de quelque renommée, accompagnait Bathylle dans ses pantomimes.…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Esope Jouant
Un Athénien voyant au milieu d'une bande d'enfants Ësope jouer aux noix s'arrêta et se moqua de lui en le prenant pour un insensé. Dès qu'il s'en aperçut, le vieillard qui était plus disposé à railler les autres qu'à se laisser tourner lui-même en…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Plus de Fables