Simonide préservé par les Dieux

Les fables de Phèdre
Partager sur Facebook

J'ai dit plus haut combien les lettres avaient de prix parmi nous autres mortels : je vais maintenant parler des honneurs que les dieux eux-mêmes leur rendent.

Simonide, le même poète que j'ai déjà cité, était convenu , moyennant une certaine somme, de composer l'éloge d'un athlète vainqueur au pugilat. Il alla rêver dans la solitude ; mais le sujet, étroit et resserré, comprimant l'essor de son génie, il usa de la licence permise aux poètes, et intercala dans sou poème les deux astres fils jumeaux de Léda, pour relever par ce parallèle la gloire de son héros. L'ouvrage fut bien reçu , mais on ne compta à notre poète que le tiers de la somme. Comme il demandait le reste, l'athlète lui répondit: « Vous le recevrez de ceux pour qui vous avez fait les deux tiers de l'ouvrage. Au reste, pour ine prouver que vous n'êtes pas mécontent, promettez-moi de venir souper avec nous : j'ai invité aujourd'hui mes parens, et je vous regarde comme du nombre. » Quoique trompé, et blessé d'une telle façon d'agir, Simonide accepta pour ne pas se brouiller tout-à-fait avec lui. Il vint à l'heure dite et prit place parmi les convives : le repas, que le choc des coupes égayait, était resplendissant, et toute la maison en fêle raisonnait d'un joyeux tapage. Tout à coup deux jeunes gens tout couverts de sueur et de poussière, mais dont les figures révélaient une majesté plus qu'humaine , chargent un esclave d'aller dire à Simonide de venir, qu'on l'attend , et qu'il est de son plus grand intérêt de se presser. L'esclave tout ému entraîne Simonide, qui n'a pas plus tôt mis le pied hors de la salle, que le plafond s'écroule et écrase tous les convives. Cependant personne ne revit les deux jeunes gens. Dès que l'on apprit cette liagique histoire , on ne douta plus que ce ne fussent les dieux reconnaissans qui élaient venus sauver la vie à leur poète.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Ceux qu'il faut croire et ceux qu'il ne faut pas croire
Il est dangereux de croire et aussi de refuser de croire. De l'un et l'autre de ces risques je vais donner un exemple succinct. Hippolyte périt, parce qu'on crut sa belle-mère, et c'est parce qu'on ne crut pas Cassandre que succomba Ilion. Il faut…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Cerf et Les Boeufs
Forcé jusque dans les retraites profondes de la forêt, un Cerf, aveuglé par la crainte, pour fuir la mort dont le menaçaient les chasseurs, gagna une maison de campagne voisine, et se cacha dans une étable qui lui offrait un asile. Un Bœuf l'aperçut…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
L'Aigle, la Chatte et la Laie
Un Aigle sur un chêne élevé avait placé son aire; une Chatte, ayant trouvé un creux au milieu de l'arbre, avait fait ses petits; et la Laie, habitante des forêts, avait mis au bas sa portée. Mais cette société, qu'avait formée le hasard, fut bientôt…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Esope à un bavard
Esope était le seul esclave dont se composât la maison de son maître. Un jour, il reçut l'ordre de préparer le dîner plus tôt que de coutume. Il cherche partout u feu, court de maison en maison, en trouve enfin, et parvient à allumer sa lampe. Comme…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Phèdre
La critique envieuse a beau dissimuler le jugement qu'elle doit porter s-ur mon ouvrage, je le connais bien d'avance. Tout ce qui lui paraîtra digne de passer à la postérité, elle l'attribuera à Esope; mais, pour tout ce qui lui plaira moins, elle…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Plus de Fables