La Fourmi et la Mouche

Les fables de Phèdre
Partager sur Facebook

La Fourmi et la Mouche contestaient assez vivement de leur prix. La Mouche commença la querelle en disant :

« Peux-tu bien comparer ta position à la mienne ? dans les sacrifices, je goûte la première les entrailles des victimes; j'établis ma demeure sur les autels , et je parcours ainsi tous les temples sacrés. Je siège sur le front des rois, et, si je veux même, je cueille un baiser sur la bouche de la femme la plus chaste : je ne fais rien et je jouis des plus beaux avantages. Eh bien! est-il dans ton existence quelque chose de comparable, misérable campagnarde?
— Sans doute, répondit la Fourmi, il est. glorieux de siéger au banquet des Immortels, mais comme convive, et non comme parasite importun. Tu habites les autels; mais, dès que l'on t'y aperçoit, on te chasse. Tu parles de rois, de baisers surpris aux dames : folle! tu te vantes là de choses que, par pudeur, tu devrais cacher. Tu ne fais rien ; mais aussi, lorsque le besoin se fait sentir, tu n'as rien. Tandis que j'amasse avec ardeur quelques grains pour mon hiver , je te vois voltiger le long des murs, cherchant un honteux repas. L'été, tu me fatigues de tes bourdonnements ; pourquoi te tais-tu donc l'hiver? Lorsque le froid te saisit et te tue, je rentre saine et sauve dans ma demeure, où je trouve l'abondance. En voilà assez, je crois, pour rabattre ton orgueil. »

Cette fable nous apprend à connaître deux caractères différents , celui de l'homme qui fait parade de faux avantages, et celui de l'homme dont la vertu brille d'un solide éclat.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Les deux Mulets et Les Voleurs
Deux Mulets, lourdement chargés, faisaient route ensemble; l'un portait de l'argent dans ses paniers, l'autre des sacs bien gonflés par l'orge qui les remplis­sait. Le premier, fier de son fardeau, marchait la tête haute, agitant son cou pour faire…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Chauve et la Mouche
Une Mouche piqua la tête d'un Homme chauve : ce­lui-ci, en cherchant à écraser l'insecte importun, se donna une forte tape. "Tu voulais, pour te venger d'une légère piqûre, me donner la mort, lui dit la Mouche en se moquant de lui; comment…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Lion et l’âne chassent
L’ostentation du courage Est ridicule en un poltron.Le lâche qui, par ses propos,Se permet d’usurper la gloire,Abuse uniquement les sotsEt chez les gens experts tombe en mépris notoire :Le lion avec l’âne, un jour voulant…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Lièvre et le Passereau
N’insulte pas aux misérables.Donner aux autres des avisEt ne veiller point à soi-même,C’est l’acte de sottise extrêmeQu’en peu de vers ici j’ai mis.Le lièvre opprimé par un aigleEn soupirait profondément :Un passereau, bien triste…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Les Grenouilles et le Soleil
Esope vit grande foule aux noces d'un voleur de son voisinage. Aussitôt le voilà qui se met à faire ce récit Un jour que le soleil voulait prendre femme, les grenouilles en poussèrent des cris jusqu'au ciel. Tout ému de ce vacarme, Jupiter s'informe…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Plus de Fables