Naufrage de Simonide

Les fables de Phèdre
Partager sur Facebook

L'homme instruit a toujours avec lui sa fortune.

Simonide, auteur de poésies remarquables, voulant apporter quelque soulagement à sa pauvreté, se mit à parcourir les principales villes d'Asie, en célébrant, moyennant une récompense, les louanges des athlètes vainqueurs. Devenu riche à ce genre de commerce, il voulut revoir sa patrie ; il était né, dit-on, dans l'île de Cée. Il s'embarqua; le vaisseau qu'il montait, étant déjà vieux, fut brisé en pleine mer par une horrible tempête. Les naufragés prirent avec eux leur argent et ce qu'ils avaient de plus précieux, pour se sauver de la misère. « Et toi, Simonide, dit l'un d'eux plus curieux que les autres, tu n'emportes point ton argent?
— J'ai avec moi toute ma fortune, » répondit-il.

Peu d'entre eux se sauvèrent à la nage, et le plus grand nombre périt par excès de charge. Des voleurs survinrent, les dépouillèrent entièrement, et emportèrent tout ce que ces malheureux avaient sauvé des flots. Par hasard, les naufragés n'étaient pas éloignés de Cla-zomène, ville ancienne : ils s'y rendirent. Là, un studieux ami des lettres, qui souvent avait lu les vers de Simonide, était, sans l'avoir jamais vu, un de ses plus grands admirateurs. A la conversation qu'il eut avec lui, il reconnut son poète; alors il le recueillit avec empressement, et argent, habits, esclaves, il mit tout à sa disposition. Pour les autres naufragés, ils allèrent demander l'aumône en montrant un tableau représentant leur triste aventure. Un jour Simonide les ayant rencontrés : « Ne vous avais-je pas dit, s'écria-t-il, que j'avais toutes mes richesses avec moi : il ne vous reste rien de tout ce que vous avez emporté. »

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Les Grenouilles qui demandent un Roi
Athènes prospérait sous d’équitables lois,Lorsque la liberté s’y tournant en licence,Brisa l’antique frein et la mit aux abois.Des partis factieux prévenant l’insolence,Pisistrate le Tyran Occupe la citadelle.Comme l’Attique, de plus…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Cordonnier médecin
Le Jugement du vulgaire Est le plus souvent trompeur.Un méchant savetier dévoré de misère,En un lieu peu connu s’établit médecin,Et prônant, sous faux titre, un antidote vain ,S’acquit quelque renom par trame mensongère.Or, un jour qu’il…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
La Grenouille et le Boeuf
Le petit se perd à vouloir imiter les grands. Une Grenouille vit un Bœuf dans une prairie. Jalouse d’une taille si belle, elle gonfle sa peau ridée; puis demande à ses petits si elle n’est pas plus grosse que le Bœuf. Ils lui disent que non. De…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
La Cigale et la Chouette
Celui qui ne sait pas se plier à l'obligation d'être sociable trouve presque toujours le châtiment de son orgueil. Une cigale étourdissait de ses cris stridents une chouette qui avait coutume de chercher sa nourriture dans les ténèbres et de dormir…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Les deux Mulets et Les Voleurs
Deux Mulets, lourdement chargés, faisaient route ensemble; l'un portait de l'argent dans ses paniers, l'autre des sacs bien gonflés par l'orge qui les remplis­sait. Le premier, fier de son fardeau, marchait la tête haute, agitant son cou pour faire…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Plus de Fables