Testament expliqué par Esope

Les fables de Phèdre
Partager sur Facebook

Souvent un seul homme a plus de bon sens que toute une multitude : cette courte histoire le prouvera à la postérité.

Un homme, en mourant, laissa trois filles : l'aînée était belle, et, par ses doux regards, attirait les hommes ; la seconde, bonne ménagère, s'entendait aux ouvrages de laine et aux travaux de la campagne; et la dernière, qui était d'une figure repoussante, ne connaissait d'autre dieu que le vin. Leur mère avait été constituée héritière par le vieillard , à la charge de partager également toute sa fortune entre ses trois filles, de manière, cependant, qu'elles ne pourraient avoir ni en propriété, ni en usufruit, lesbiens qui leur seraient dévolus; et que, de plus, elles devraient compter cent sesterces à leur mère, à l'instant où elles cesseraient d'avoir ce qu'elles auraient reçu.Dans Athènes il n'est bruit que de ce testament : la mère s'empresse de demander avis aux jurisconsultes; mais personne ne comprenait comment ces jeunes filles ne pourraient avoir ni la jouissance, ni la propriété de biens qu'elles auraient reçus : et ensuite, comment il serait possible, puisque l'on ne leur avait rien donné, de payer à leur mère la somme exigée. Un long espace de temps s'écoule sans que le testament soit mieux compris. La mère alors laisse les juges, et ne consulte que la bonne foi : elle met à part, pour la coquette, tout l'attirail féminin, les robes, les services de bain en argent, les eunuques et les jeunes esclaves ; à la seconde, qui aime les champs, elle donne la maison de campagne, les fermes, les valets, les troupeaux , les bœufs, les chevaux, et les instruments aratoires ; quant à la troisième, elle lui destine un cellier rempli de vieux vins, une maison élégante et des jardins ravissants.

Les lots ainsi réglés, elle allait les délivrer à ses filles ; leurs goûts étaient connus, et tout le monde approuvait la mère, lorsque Esope parut tout à coup au milieu de l'assemblée : « Ah ! dit-il, si, malgré la pierre qui le recouvre, ce père pouvait vous entendre, combien il souffrirait de voir les Athéniens interpréter si mal ses dernières volontés ! » Aussitôt on interroge Esope, qui tire tout le monde de l'erreur : « La jolie maison, les beaux meubles, les jardins délicieux, et les vins vieux, dit-il, il faut les donner à celle qui n'aime que la campagne ; à celle qui passe sa vie dans les joyeux festins, donnez les robes, les perles, les esclaves, et tout le reste ; et, pour votre coquette, gardez les champs, les vignes, les troupeaux et leurs bergers. Aucune ne pourra conserver des biens si peu conformes à ses goûts : la laide vendra tous ses atours pour avoir un cellier; la coquette abandonnera les champs pour avoir des bijoux ; et celle qui aime les troupeaux et les travaux champêtres voudra se défaire au plus vite de la maison de plaisance. Ainsi elles ne posséderont pas ce qui leur aura été donné, et, avec l'argent qu'elles auront reçu de la vente de leurs biens, elles s'acquitteront envers leur mère. »

Ainsi la sagacité d'un seul homme découvrit ce qui avait échappé à une foule d’ignorants.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Cordonnier médecin
Le Jugement du vulgaire Est le plus souvent trompeur.Un méchant savetier dévoré de misère,En un lieu peu connu s’établit médecin,Et prônant, sous faux titre, un antidote vain ,S’acquit quelque renom par trame mensongère.Or, un jour qu’il…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Geai orgueilleux et les Paons
Pour nous persuader de vivre,Contents de notre propre état,Plutôt que d’emprunter de gloire un faux éclat,Esope nous transmit l’exemple qui va suivre :— Un geai rempli de sotte vanité,Saisit d’un paon le plumage mué,Puis s’en étant…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
La Vache, la Chèvre, la Brebis et le Lion
l n'y a jamais de sûreté dans l'association avec le puissant; cette petite fable montre la vérité de ce que j'avance.Une vache, une chèvre et une brebis habituée à l'injustice firent dans les bois société avec un lion. Comme ils avaient pris un…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Tibère a un esclave du Palais
Il y a dans Rome une foule de ces gens empressés, qui, toujours en course, sans affaires toujours affairés, se tuent de fatigue inutilement; ils ne font rien en fai­sant beaucoup, et sont aussi à charge à eux-mêmes, qu'insupportables à nous autres.…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Les Richesses sont funestes
C'est avec raison qu'une âme élevée méprise les richesses, car le coffre-fort éloigne les vraies vertus.Quand Hercule fut admis dans l'Olympe à cause de son courage, il salua les dieux qui venaient le complimenter; mais à l'approche de Plutus,…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Plus de Fables