Testament expliqué par Esope

Les fables de Phèdre
Partager sur Facebook

Souvent un seul homme a plus de bon sens que toute une multitude : cette courte histoire le prouvera à la postérité.

Un homme, en mourant, laissa trois filles : l'aînée était belle, et, par ses doux regards, attirait les hommes ; la seconde, bonne ménagère, s'entendait aux ouvrages de laine et aux travaux de la campagne; et la dernière, qui était d'une figure repoussante, ne connaissait d'autre dieu que le vin. Leur mère avait été constituée héritière par le vieillard , à la charge de partager également toute sa fortune entre ses trois filles, de manière, cependant, qu'elles ne pourraient avoir ni en propriété, ni en usufruit, lesbiens qui leur seraient dévolus; et que, de plus, elles devraient compter cent sesterces à leur mère, à l'instant où elles cesseraient d'avoir ce qu'elles auraient reçu.Dans Athènes il n'est bruit que de ce testament : la mère s'empresse de demander avis aux jurisconsultes; mais personne ne comprenait comment ces jeunes filles ne pourraient avoir ni la jouissance, ni la propriété de biens qu'elles auraient reçus : et ensuite, comment il serait possible, puisque l'on ne leur avait rien donné, de payer à leur mère la somme exigée. Un long espace de temps s'écoule sans que le testament soit mieux compris. La mère alors laisse les juges, et ne consulte que la bonne foi : elle met à part, pour la coquette, tout l'attirail féminin, les robes, les services de bain en argent, les eunuques et les jeunes esclaves ; à la seconde, qui aime les champs, elle donne la maison de campagne, les fermes, les valets, les troupeaux , les bœufs, les chevaux, et les instruments aratoires ; quant à la troisième, elle lui destine un cellier rempli de vieux vins, une maison élégante et des jardins ravissants.

Les lots ainsi réglés, elle allait les délivrer à ses filles ; leurs goûts étaient connus, et tout le monde approuvait la mère, lorsque Esope parut tout à coup au milieu de l'assemblée : « Ah ! dit-il, si, malgré la pierre qui le recouvre, ce père pouvait vous entendre, combien il souffrirait de voir les Athéniens interpréter si mal ses dernières volontés ! » Aussitôt on interroge Esope, qui tire tout le monde de l'erreur : « La jolie maison, les beaux meubles, les jardins délicieux, et les vins vieux, dit-il, il faut les donner à celle qui n'aime que la campagne ; à celle qui passe sa vie dans les joyeux festins, donnez les robes, les perles, les esclaves, et tout le reste ; et, pour votre coquette, gardez les champs, les vignes, les troupeaux et leurs bergers. Aucune ne pourra conserver des biens si peu conformes à ses goûts : la laide vendra tous ses atours pour avoir un cellier; la coquette abandonnera les champs pour avoir des bijoux ; et celle qui aime les troupeaux et les travaux champêtres voudra se défaire au plus vite de la maison de plaisance. Ainsi elles ne posséderont pas ce qui leur aura été donné, et, avec l'argent qu'elles auront reçu de la vente de leurs biens, elles s'acquitteront envers leur mère. »

Ainsi la sagacité d'un seul homme découvrit ce qui avait échappé à une foule d’ignorants.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

L’ Homme et la Belette
Une Belette, prise par un Homme, cherchait à éviter la mort qui la menaçait: « Grâce, je vous prie, lui disait-elle, pour celle qui détruit les rats dont votre maison est infestée. » L’Homme lui répondit: si tu le faisais pour moi, je t’en aurais…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
La Belette et les Rats
Ces fables peuvent te paraître des plaisanteries, car il est vrai que je joue avec mon style léger, lorsque je n'ai rien de mieux à faire; mais lis ces bagatelles avec attention, et tu verras combien d'utiles leçons elles renferment. Les choses ne…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Ceux qu'il faut croire et ceux qu'il ne faut pas croire
Il est dangereux de croire et aussi de refuser de croire. De l'un et l'autre de ces risques je vais donner un exemple succinct. Hippolyte périt, parce qu'on crut sa belle-mère, et c'est parce qu'on ne crut pas Cassandre que succomba Ilion. Il faut…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Les Chèvres et les Boucs
A force de prières, les Chèvres obtinrent de Jupiter la permission de porter de la barbe. Les Boucs, fort mé-contens de voir leurs femelles les égaler dans les marques de leur dignité, s'en plaignirent hautement : « Laissez-les jouir d'une gloire…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Cheval et le Sanglier
Le Sanglier, en se vautrant, troubla l'eau d'un gué où le Cheval avait coutume de se désaltérer : de là une querelle. Le fougueux coursier irrité, implora le secours de l'homme, le reçut sur son dos, puis revint trouver son ennemi. On dit que le…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Plus de Fables