Le Chat et un vieux Rat

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

J’ai lu chez un conteur de Fables,
Qu’un second Rodilard, l’Alexandre des Chats,
L’Attila, le fléau des Rats,
Rendait ces derniers misérables :
J’ai lu, dis-je, en certain auteur,
Que ce Chat exterminateur,
Vrai Cerbère, était craint une lieue à la ronde :
Il voulait de souris dépeupler tout le monde.
Les planches qu’on suspend sur un léger appui,
La mort-aux-rats, les souricières,
N’étaient que jeux au prix de lui.
Comme il voit que dans leurs tanières
Les souris étaient prisonnières,
Qu’elles n’osaient sortir, qu’il avait beau chercher,
Le galant fait le mort, et du haut d’un plancher
Se pend la tête en bas : la bête scélérate
À de certains cordons se tenait par la patte.
Le peuple des souris croit que c’est châtiment,
Qu’il a fait un larcin de rôt ou de fromage,
Égratigné quelqu’un, causé quelque dommage,
Enfin, qu’on a pendu le mauvais garnement.
Toutes, dis-je, unanimement
Se promettent de rire à son enterrement,
Mettent le nez en l’air, montrent un peu la tête,
Puis rentrent dans leurs nids à rats,
Puis ressortant font quatre pas,
Puis enfin se mettent en quête.
Mais voici bien une autre fête :
Le pendu ressuscite ; et, sur ses pieds tombant,
Attrape les plus paresseuses.
« Nous en savons plus d’un, dit-il en les gobant :
C’est tour de vieille guerre ; et vos cavernes creuses
Ne vous sauveront pas, je vous en avertis :
Vous viendrez toutes au logis. »
Il prophétisait vrai : notre maître Mitis,
Pour la seconde fois, les trompe et les affine,
Blanchit sa robe et s’enfarine,
Et, de la sorte déguisé,
Se niche et se blottit dans une huche ouverte.
Ce fut à lui bien avisé :
La gent trotte-menu s’en vient chercher sa perte.
Un Rat, sans plus, s’abstient d’aller flairer autour :
C’était un vieux routier, il savait plus d’un tour ;
Même il avait perdu sa queue à la bataille.
« Ce bloc enfariné ne me dit rien qui vaille,
S’écria-t-il de loin au général des chats.
Je soupçonne dessous encore quelque machine.
Rien ne te sert d’être farine ;
Car, quand tu serais sac, je n’approcherais pas. »
C’était bien dit à lui ; j’approuve sa prudence :
Il était expérimenté,
Et savait que la méfiance
Est mère de la sûreté.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Les deux Amis
Deux vrais Amis vivaient au Monomotapa :L’un ne possédait rien qui n’appartînt à l’autre :Les amis de ce pays-làValent bien, dit-on, ceux du nôtre.Une nuit que chacun s’occupait au sommeil,Et mettait à profit l’absence du soleil,Un de…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Poule aux œufs d’or
L’Avarice perd tout en voulant tout gagner.Je ne veux, pour le témoigner,Que celui dont la Poule, à ce que dit la Fable,Pondait tous les jours un œuf d’or.Il crut que dans son corps elle avait un trésor.Il la tua, l’ouvrit, et la trouva…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Renard, les Mouches et le Hérisson
Aux traces de son sang un vieux hôte des bois,Renard fin, subtil et matois,Blessé par des chasseurs et tombé dans la fange,Autrefois attira ce parasite ailéQue nous avons mouche appelé.Il accusait les Dieux, et trouvait fort étrangeQue…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Cygne et le Cuisinier
Dans une ménagerieDe volatiles remplieVivaient le Cygne et l’Oison :Celui-là destiné pour les regards du maître ;Celui-ci, pour son goût : l’un qui se piquait d’êtreCommensal du jardin, l’autre, de la maison.Des fossés du château faisant…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Daphnis et Alcimadure
Aimable fille d’une mèreÀ qui seule aujourd’hui mille coeurs font la cour,Sans ceux que l’amitié rend soigneux de vous plaire,Et quelques-uns encore que vous garde l’amour ;Je ne puis qu’en cette préfaceJe ne partage entre elle et vousUn…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables