Le Chat et un vieux Rat

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

J’ai lu chez un conteur de Fables,
Qu’un second Rodilard, l’Alexandre des Chats,
L’Attila, le fléau des Rats,
Rendait ces derniers misérables :
J’ai lu, dis-je, en certain auteur,
Que ce Chat exterminateur,
Vrai Cerbère, était craint une lieue à la ronde :
Il voulait de souris dépeupler tout le monde.
Les planches qu’on suspend sur un léger appui,
La mort-aux-rats, les souricières,
N’étaient que jeux au prix de lui.
Comme il voit que dans leurs tanières
Les souris étaient prisonnières,
Qu’elles n’osaient sortir, qu’il avait beau chercher,
Le galant fait le mort, et du haut d’un plancher
Se pend la tête en bas : la bête scélérate
À de certains cordons se tenait par la patte.
Le peuple des souris croit que c’est châtiment,
Qu’il a fait un larcin de rôt ou de fromage,
Égratigné quelqu’un, causé quelque dommage,
Enfin, qu’on a pendu le mauvais garnement.
Toutes, dis-je, unanimement
Se promettent de rire à son enterrement,
Mettent le nez en l’air, montrent un peu la tête,
Puis rentrent dans leurs nids à rats,
Puis ressortant font quatre pas,
Puis enfin se mettent en quête.
Mais voici bien une autre fête :
Le pendu ressuscite ; et, sur ses pieds tombant,
Attrape les plus paresseuses.
« Nous en savons plus d’un, dit-il en les gobant :
C’est tour de vieille guerre ; et vos cavernes creuses
Ne vous sauveront pas, je vous en avertis :
Vous viendrez toutes au logis. »
Il prophétisait vrai : notre maître Mitis,
Pour la seconde fois, les trompe et les affine,
Blanchit sa robe et s’enfarine,
Et, de la sorte déguisé,
Se niche et se blottit dans une huche ouverte.
Ce fut à lui bien avisé :
La gent trotte-menu s’en vient chercher sa perte.
Un Rat, sans plus, s’abstient d’aller flairer autour :
C’était un vieux routier, il savait plus d’un tour ;
Même il avait perdu sa queue à la bataille.
« Ce bloc enfariné ne me dit rien qui vaille,
S’écria-t-il de loin au général des chats.
Je soupçonne dessous encore quelque machine.
Rien ne te sert d’être farine ;
Car, quand tu serais sac, je n’approcherais pas. »
C’était bien dit à lui ; j’approuve sa prudence :
Il était expérimenté,
Et savait que la méfiance
Est mère de la sûreté.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Rat et l’Éléphant
Se croire un personnage est fort commun en France :On y fait l’homme d’importance,Et l’on n’est souvent qu’un bourgeois.C’est proprement le mal français.La sotte vanité nous est particulière.Les Espagnols sont vains, mais d’une autre…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Horoscope
On rencontre sa destinéeSouvent par des chemins qu’on prend pour l’éviter.Un père eut pour toute lignéeUn fils qu’il aima trop, jusque à consulterSur le sort de sa géniture,Les diseurs de bonne aventure.Un de ces gens lui dit, que des…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Renard et les Poulets d’Inde
Contre les assauts d’un RenardUn arbre à des Dindons servait de citadelle.Le perfide ayant fait tout le tour du rempart,Et vu chacun en sentinelle,S’écria : « Quoi ! ces gens se moqueront de moi !Eux seuls seront exempts de la commune loi…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Cerf et la Vigne
Un Cerf, à la faveur d’une vigne fort haute,Et telle qu’on en voit en de certains climats,S’étant mis à couvert et sauvé du trépas,Les veneurs, pour ce coup, croyaient leurs chiens en faute ;Ils les rappellent donc. Le Cerf, hors de…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Lion devenu vieux
Le Lion, terreur des forêts,Chargé d’ans et pleurant son antique prouesse,Fut enfin attaqué par ses propres sujets,Devenus forts par sa faiblesse.Le Cheval s’approchant lui donne un coup de pied ;Le Loup, un coup de dent, le Bœuf un coup…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables