Les Abeilles et les Bourdons jegés par la Guêpe

Les fables de Phèdre
Partager sur Facebook

Des abeilles au haut d'un chêne avaient fait des rayons; et ces rayons, des bourdons propres à rien disaient qu'ils leur appartenaient. Le différend fut porté devant le tribunal de la guêpe. Comme elle connaissait très bien l'une et l'autre espèce, voici la convention qu'elle proposa aux deux parties :

" Vous n'êtes pas sans vous ressembler par la forme du corps et votre couleur est la même, de sorte que sur le fait le doute est tout à fait permis. Mais, pour que ma conscience ne juge pas à faux faute d'être éclairée, prenez ces ruches et versez votre récolte dans des alvéoles de cire, afin que le goût du miel et la forme des rayons fassent voir, pour ceux dont il s'agit dans cette affaire, quel en est l'auteur." Les bourdons se refusent à l'épreuve; les abeilles l'acceptent volontiers.

Alors la guêpe prononça cette sentence : " On voit bien clairement qui n'est pas capable de faire cet ouvrage et qui l'a fait. C'est pourquoi je rends aux abeilles la jouissance de leur bien."

J'aurais passé cette fable sous silence, si les bourdons n'avaient pas refusé de tenir leur engagement.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Les Chèvres et les Boucs
A force de prières, les Chèvres obtinrent de Jupiter la permission de porter de la barbe. Les Boucs, fort mé-contens de voir leurs femelles les égaler dans les marques de leur dignité, s'en plaignirent hautement : « Laissez-les jouir d'une gloire…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Lion et l’âne chassent
L’ostentation du courage Est ridicule en un poltron.Le lâche qui, par ses propos,Se permet d’usurper la gloire,Abuse uniquement les sotsEt chez les gens experts tombe en mépris notoire :Le lion avec l’âne, un jour voulant…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Lièvre et le Passereau
N’insulte pas aux misérables.Donner aux autres des avisEt ne veiller point à soi-même,C’est l’acte de sottise extrêmeQu’en peu de vers ici j’ai mis.Le lièvre opprimé par un aigleEn soupirait profondément :Un passereau, bien triste…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Naufrage de Simonide
L'homme instruit a toujours avec lui sa fortune.Simonide, auteur de poésies remarquables, voulant apporter quelque soulagement à sa pauvreté, se mit à parcourir les principales villes d'Asie, en célébrant, moyennant une récompense, les louanges…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
La Mouche et la Mule
Une mouche vint se poser sur le timon d'un char et, gourmandant la mule : «Que tu es lente ! lui dit-elle; tu ne veux donc pas aller plus vite ? Prends garde que avec mon aiguillon je ne te crible le cou de piqûres.»La mule lui répondit : « Tes…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Plus de Fables