Le Loup et le Chien

Les fables de Phèdre
Partager sur Facebook

Que la liberté est douce ! Je vais le démontrer en peu de mots.Un chien bien repu et un loup d'une maigreur extrême se rencontrèrent par hasard. Quand, après s'être salués, iIs se furent arrêtés : «D'où vient, je te prie, dit le loup, que tu as le poil si luisant? De quoi te nourris-tu pour avoir pris tant d'embonpoint? Moi qui suis bien plus fort, je meurs de faim.» Le chien répondit sans détour :

«Mon sort devient le tien, si tu peux rendre à mon maître les mêmes services que moi.
-Quels services, dit le loup ?
- Garder sa porte et contre les voleurs défendre la nuit sa maison.
— Pour ma part assurément, je suis tout prêt à cela : car maintenant j'ai à supporter la neige et la pluie dans les bois où je mène une existence misérable. Combien il m'est plus facile de vivre à l'abri d'un toit et, sans rien faire, d'avoir pour me rassasier une abondante nourriture.
— Viens donc avec moi.» Chemin faisant, le loup aperçoit, à la place de la chaîne, le cou du chien pelé. «D'où vient cela, mon ami?
-Ce n'est rien.
— Dis pourtant, je te prie.» «Comme je parais un peu vif, on m'attache pendant le jour pour que, quand le soleil luit, je repose et que je veille une fois la nuit venue. Le soir on me lâche et j'erre où bon me semble. On m'apporte du pain sans que j'en demande; mon maître me donne les os de sa table, les gens du logis me jettent des débris et les restes de ragoût dont on ne veut plus. Voilà comment, sans aucune peine, mon ventre s'emplit.» «Mais voyons, s'il te prend fantaisie de t'en aller quelque part, cela t'est-il permis?» «Pas tout à fait», dit le chien.
- Jouis donc des biens que tu me vantes, ô chien. Je ne voudrais pas même d'un royaume, si je devais n'être pas libre à mon gré."

Fable suivante

Autres fables du même auteur

La Montagne qui accouche
Une Montagne en mal d'enfant poussait des cris effroyables. Tout le monde s'attendait à un grand événement. Elle accoucha d'une souris.Ceci te regarde, toi qui fais de grandes promesses, et ne nous donnes rien de bon.
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Les Chiens affamés
Un projet insensé non seulement ne réussit pas, mais pousse les mortels à leur perte. Des Chiens aperçurent un morceau de cuir au fond d’une rivière : pour le retirer et le manger plus à leur aise, ils voulurent boire toute l’eau; mais ils crevèrent…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Jeune Taureau, le Lion et le Braconnier
Un Lion tenait sous ses griffes un jeune Taureau terrassé. Un Braconnier survint, qui réclame une part. Le lion lui dit : « Je te la donnerais, si tu n’avais l’habitude de prendre; » et il repoussa ainsi le coquin. Le hasard conduisit au même…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Milan et les Colombes
En cherchant refuge auprès d’un méchant, on ne trouve qu’une perte certaine. Les Colombes fuyaient le Milan, et souvent, par leur vol rapide, avaient évité la mort. L’oiseau de proie, cherchant alors quelque stratagème, s’y prit ainsi pour tromper…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Chien, le trésor et le Vautour
Cette fable peut convenir aux avares et à ceux qui, sortis de très-bas, veulent passer pour riches. En déterrant des ossements humains, un Chien trouva un trésor: comme il avait outragé les dieux Mânes, la passion des richesses s’empara soudainement…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Plus de Fables