Tibère a un esclave du Palais

Les fables de Phèdre
Partager sur Facebook

Il y a dans Rome une foule de ces gens empressés, qui, toujours en course, sans affaires toujours affairés, se tuent de fatigue inutilement; ils ne font rien en fai­sant beaucoup, et sont aussi à charge à eux-mêmes, qu'insupportables à nous autres. Je voudrais bien, si c'était chose possible, les corriger par cette histoire vé­ritable : écoutez-la, car elle est digne de l'être.

Tibère, en se rendant à Naples, s'arrêta dans son pa­lais de Misène, villa bâtie par Lucullus sur le sommet de la montagne, d'où l'on voit à ses pieds la mer de Toscane,et,dans le lointain, la mer de Sicile. Comne le prince se promenait dans les superbes jardins, un de ces esclaves officieux, ayant la tunique relevée jusqu'à la ceinture avec une écharpe de toile d'Egypte dont les franges tombaient négligemment, prit un arrosoir de bois, et s'empressa de jeter de 1'eau dans les allées poudreuses, faisant parade d'un si grand service. Mais on se mo­qua de lui. Ensuite, par les sentiers détournés qu'il connaît, il se présente dans une autre allée , et en abat la poussière. César reconnut notre homme; et, comprenant ce qu'il voulait : " Approche," lui dit-il. Aussitôt l'esclave d'accourir, transporté d'espérance et de joie, se figurant recevoir je ne sais quelle récompense.Alors l'empereur déposant sa majestueuse gravité, lui dit, en riant :<

" Tu as fait là peu de chose, et ta peine est perdue ; car je ne donne pas des soufflets à si bon marché. "

Fable suivante

Autres fables du même auteur

L'Aigle, la Chatte et la Laie
Un Aigle sur un chêne élevé avait placé son aire; une Chatte, ayant trouvé un creux au milieu de l'arbre, avait fait ses petits; et la Laie, habitante des forêts, avait mis au bas sa portée. Mais cette société, qu'avait formée le hasard, fut bientôt…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Lièvre et le Passereau
N’insulte pas aux misérables.Donner aux autres des avisEt ne veiller point à soi-même,C’est l’acte de sottise extrêmeQu’en peu de vers ici j’ai mis.Le lièvre opprimé par un aigleEn soupirait profondément :Un passereau, bien triste…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Le Corbeau et le renard
Plus qu’un flatteur, rien n’est insidieux.Qui se montre flatté d’un éloge trompeur,Déplorera trop tard une honteuse erreur.Un corbeau se voulant repaîtreD’un fromage enlevé sur un bord de fenêtre,Au haut d’un arbre se percha.Le renard…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
L’ Homme et la Belette
Une Belette, prise par un Homme, cherchait à éviter la mort qui la menaçait: « Grâce, je vous prie, lui disait-elle, pour celle qui détruit les rats dont votre maison est infestée. » L’Homme lui répondit: si tu le faisais pour moi, je t’en aurais…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Esope Jouant
Un Athénien voyant au milieu d'une bande d'enfants Ësope jouer aux noix s'arrêta et se moqua de lui en le prenant pour un insensé. Dès qu'il s'en aperçut, le vieillard qui était plus disposé à railler les autres qu'à se laisser tourner lui-même en…
Fable :: Phèdre
Partager sur Facebook
Plus de Fables