Du Cerf

Les fables d'Ésope
Partager sur Facebook

Le Cerf étant vivement pressé par les Chasseurs, se sauva dans l'étable des Boeufs ; mais l'un d'eux lui dit :

" Que fais-tu, malheureux ? c'est t'exposer à une mort certaine, que de te mettre ici à la merci des Hommes.
- Pardonnez-moi, dit le Cerf, si vous ne dites mot, je pourrai peut-être me sauver " ;

cependant, la nuit vint, et le Bouvier apporta des herbes pour repaître les Boeufs, et ne vit point le Cerf. Les Valets de la maison, et le Métayer même entrèrent et sortirent de l'étable sans l'apercevoir. Alors le Cerf se croyant hors de danger, se mit à complimenter les Boeufs, et à les remercier de ce qu'ils l'avaient voulu cacher parmi eux : ils lui répondirent qu'ils désiraient bien tous qu'il se pût sauver, mais qu'il prît garde de tomber entre les mains du Maître ; car sa vie serait en grand danger. En même temps le Maître, qui avait soupé chez un de ses amis, revint au logis : comme il avait remarqué, depuis peu de jours, que ses Boeufs devenaient maigres, il voulut voir comme on les traitait. Entrant donc dans l'étable, et s'approchant de la crèche :

" D'où vient, dit-il à ses gens, que ces pauvres Boeufs ont si peu à manger, et que leur litière est si mal faite, avec si peu de paille ? "

Enfin, comme il regardait exactement de tous côtés, il aperçut le Cerf avec ses grandes cornes, et appelant toute sa famille, ordonna qu'on le tuât.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Du Berger et de la Brebis
Un Berger, sa houlette à la main, en frappait rudement une de ses Brebis. " Je vous donne de la laine et du lait, s'écriait celle-ci. Quand je ne vous fais que du bien, ingrat, avez-vous bien le coeur de ne me faire que du mal ? - Ingrate vous-même,…
Fable :: Esope
Partager sur Facebook
Du Laboureur et de ses Chiens
Un Laboureur détela les Boeufs de sa charrue dans un temps de famine, les tua, dans la vue de s'en nourrir, lui et sa famille. Ses Chiens qui s'en aperçurent, sortirent aussitôt du logis, et gagnèrent pays. " Sauvons-nous, se disaient-ils les uns…
Fable :: Esope
Partager sur Facebook
D'un Malade et d'un Médecin
Un Malade interrogé par son Médecin sur l'état de sa santé, et de quelle manière il avait passé la nuit, lui répondit qu'il avait extrêmement sué. " C'est un bon signe, lui répliqua le Médecin. " Il fit le lendemain les mêmes questions que le jour…
Fable :: Esope
Partager sur Facebook
Du Coq et du Renard
Un Coq se tenait sur un chêne fort élevé. Un Renard, qui ne pouvait l'y atteindre, courut au pied de l'arbre : " Ami, cria-t-il à l'autre, bonne nouvelle ! Hier, la paix fut signée entre les tiens et les nôtres. Sans rancune donc, je te prie ; et…
Fable :: Esope
Partager sur Facebook
Du Mourant et de sa Femme
Un Malade tirait à sa fin ; cependant sa Femme s'en désespérait. " Ô mort ! s'écriait-elle toute en larmes, viens finir ma douleur ; hâte-toi, viens terminer mes jours. Trop heureuse si, contente de m'ôter la vie, tu voulais épargner celle de mon…
Fable :: Esope
Partager sur Facebook
Plus de Fables