La Chatte métamorphosée en femme

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Un homme chérissait éperdument sa Chatte ;
Il la trouvait mignonne, et belle, et délicate ;
Qui miaulait d’un ton fort doux.
Il était plus fou que les fous.
Cet Homme donc par prières, par larmes,
Par sortilèges et par charmes,
Fait tant qu’il obtient du destin,
Que sa Chatte en un beau matin
Devient femme, et le matin même
Maître sot en fait sa moitié.
Le voilà fou d’amour extrême,
De fou qu’il était d’amitié.
Jamais la Dame la plus belle
Ne charma tant son Favori,
Que fait cette épouse nouvelle
Son hypocondre de mari.
Il l’amadoue, elle le flatte,
Il n’y trouve plus rien de Chatte :
Et poussant l’erreur jusqu’au bout
La croit femme en tout et par tout.
lorsque quelques Souris qui rongeaient de la natte
Troublèrent le plaisir des nouveaux mariés.
Aussitôt la femme est sur pieds :
Elle manqua son aventure.
Souris de revenir, femme d’être en posture.
Pour cette fois elle accourut à point ;
Car ayant changé de figure
Les Souris ne la craignaient point.
Ce lui fut toujours une amorce,
Tant le naturel a de force,
Il se moque de tout, certain âge accompli.
Le vase est imbibé, l’étoffe a pris son pli.
En vain de son train ordinaire
On le veut désaccoutumer.
Quelque chose qu’on puisse faire,
On ne saurait le réformer.
Coups de fourche ni d’étrivières
Ne lui font changer de manières ;
Et, fussiez-vous embastonnés,
Jamais vous n’en serez les maîtres.
Qu’on lui ferme la porte au nez,
Il reviendra par les fenêtres.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Rieur et les Poissons
On cherche les rieurs ; et moi je les évite.Cet art veut, sur tout autre, un suprême mérite :Dieu ne créa que pour les sotsLes méchants diseurs de bons mots.J’en vais peut-être en une fableIntroduire un ; peut-être aussiQue quelqu’un…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Belette entrée dans un grenier
Damoiselle Belette, au corps long et fluet,Entra dans un grenier par un trou fort étroit :Elle sortait de maladie.Là, vivant à discrétion,La galante fit chère lie,Mangea, rongea : Dieu sait la vie,Et le lard qui périt en cette occasion…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Cygne et le Cuisinier
Dans une ménagerieDe volatiles remplieVivaient le Cygne et l’Oison :Celui-là destiné pour les regards du maître ;Celui-ci, pour son goût : l’un qui se piquait d’êtreCommensal du jardin, l’autre, de la maison.Des fossés du château faisant…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Écrevisse et sa Fille
Les Sages quelquefois, ainsi que l’Écrevisse,Marchent à reculons, tournent le dos au port.C’est l’art des matelots : c’est aussi l’artificeDe ceux qui, pour couvrir quelque puissant effort,Envisagent un point directement contraire,Et font…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Chameau et les Bâtons flottants
Le premier qui vit un ChameauS’enfuit à cet objet nouveau ;Le second approcha ; le troisième osa faireUn licou pour le Dromadaire.L’accoutumance ainsi nous rend tout familier.Ce qui nous paraissait terrible et singulierS’apprivoise avec…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables