Les deux Chèvres

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Dès que les chèvres ont brouté,
Certain esprit de liberté
Leur fait chercher fortune : elles vont en voyage
Vers les endroits du pâturage
Les moins fréquentés des humains :
Là, s’il est quelque lieu sans route et sans chemins,
Un rocher, quelque mont pendant en précipices,
C’est où ces dames vont promener leurs caprices.
Rien ne peut arrêter cet animal grimpant.
Deux Chèvres donc s’émancipant,
Toutes deux ayant patte blanche,
Quittèrent les bas prés, chacune de sa part :
L’une vers l’autre allait pour quelque bon hasard.
Un ruisseau se rencontre, et pour pont une planche.
Deux belettes à peine auraient passé de front
Sur ce pont :
D’ailleurs, l’onde rapide et le ruisseau profond
Devaient faire trembler de peur ces amazones.
Malgré tant de dangers, l’une de ces personnes
Pose un pied sur la planche, et l’autre en fait autant.
Je m’imagine voir, avec Louis le Grand,
Philippe Quatre qui s’avance
Dans l’île de la Conférence.
Ainsi s’avançaient pas à pas,
Nez à nez, nos aventurières,
Qui, toutes deux étant fort fières,
Vers le milieu du pont ne se voulurent pas
L’une à l’autre céder. Elles avaient la gloire
De compter dans leur race, à ce que dit l’histoire,
L’une, certaine Chèvre, au mérite sans pair,
Dont Polyphème fit présent à Galatée,
Et l’autre la chèvre Amalthée,
Par qui fut nourri Jupiter.
Faute de reculer, leur chute fut commune :
Toutes deux tombèrent dans l’eau.
Cet accident n’est pas nouveau
Dans le chemin de la fortune.
À Monseigneur le Duc de Bourgogne
qui avait demandé à M. de la Fontaine
une fable qui fût nommée Le Chat et la Souris.
Pour plaire au jeune prince à qui la Renommée
Destine un temple en mes écrits,
Comment composerai-je une fable nommée
Le Chat et la Souris ?
Dois-je représenter dans ces vers une belle
Qui, douce en apparence, et toutefois cruelle,
Va se jouant des coeurs que ses charmes ont pris
Comme le Chat et la Souris ?
Prendrai-je pour sujet les jeux de la Fortune ?
Rien ne lui convient mieux : et c’est chose commune
Que de lui voir traiter ceux qu’on croit ses amis
Comme le Chat fait la Souris.
Introduirai-je un roi qu’entre ses favoris
Elle respecte seul, roi qui fixe sa roue,
Qui n’est point empêché d’un monde d’ennemis,
Et qui des plus puissants, quand il lui plaît, se joue
Comme le Chat de la Souris ?
Mais insensiblement, dans le tour que j’ai pris,
Mon dessein se rencontre ; et, si je ne m’abuse,
Je pourrais tout gâter par de plus longs récits.
Le jeune prince alors se jouerait de ma Muse,
Comme le Chat de la Souris.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Les deux Taureaux et une Grenouille
Deux taureaux combattaient à qui posséderaitUne Génisse avec l’empire.Une Grenouille en soupirait." Qu’avez-vous ? se mit à lui direQuelqu’un du peuple coassant.-Eh ! ne voyez-vous pas, dit-elle,Que la fin de cette querelleSera l’exil…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Âne et le petit Chien
Ne forçons point notre talent,Nous ne ferions rien avec grâce :Jamais un lourdaud, quoi qu’il fasse,Ne saurait passer pour galant.Peu de gens, que le ciel chérit et gratifie,Ont le don d’agréer infus avec la vie.C’est un point qu’il leur…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Lion, le Singe et les deux Ânes
Le Lion, pour bien gouverner,Voulant apprendre la morale,Se fit, un beau jour, amenerLe Singe, maître ès arts chez la gent animale.La première leçon que donna le régentFut celle-ci : « Grand Roi, pour régner sagement,Il faut que tout…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Belette entrée dans un grenier
Damoiselle Belette, au corps long et fluet,Entra dans un grenier par un trou fort étroit :Elle sortait de maladie.Là, vivant à discrétion,La galante fit chère lie,Mangea, rongea : Dieu sait la vie,Et le lard qui périt en cette occasion…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Les Loups et les Brebis
Après mille ans et plus de guerre déclarée,Les Loups firent la paix avecque les Brebis.C’était apparemment le bien des deux partis ;Car si les Loups mangeaient mainte bête égarée,Les bergers de leur peau se faisaient maints habits.Jamais…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables