Rien de trop

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Je ne vois point de créature
Se comporter modérément.
Il est certain tempérament
Que le Maître de la nature
Veut que l’on garde en tout. Le fait-on ? nullement :
Soit en bien, soit en mal, cela n’arrive guère,
Le blé, riche présent de la blonde Cérès,
Trop touffu bien souvent épuise les guérets :
En superfluités s’épandant d’ordinaire,
Et poussant trop abondamment,
Il ôte à son fruit l’aliment.
L’arbre n’en fait pas moins ; tant le luxe sait plaire !
Pour corriger le blé, Dieu permit aux moutons
De retrancher l’excès des prodigues moissons :
Tout au travers ils se jetèrent,
Gâtèrent tout, et tout broutèrent ;
Tant que le Ciel permit aux loups
D’en croquer quelques-uns : ils les croquèrent tous ;
S’ils ne le firent pas, du moins ils y tâchèrent.
Puis le Ciel permit aux humains
De punir ces derniers : les humains abusèrent
À leur tour des ordres divins.
De tous les animaux l’homme a le plus de pente
À se porter dedans l’excès.
Il faudrait faire le procès
Aux petits comme aux grands. Il n’est âme vivante
Qui ne pèche en ceci. Rien de trop est un point
Dont on parle sans cesse, et qu’on n’observe point.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Renard et les Poulets d’Inde
Contre les assauts d’un RenardUn arbre à des Dindons servait de citadelle.Le perfide ayant fait tout le tour du rempart,Et vu chacun en sentinelle,S’écria : « Quoi ! ces gens se moqueront de moi !Eux seuls seront exempts de la commune loi…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Renard anglais
Le bon coeur est chez vous compagnon du bon sensAvec cent qualités trop longues à déduire,Une noblesse d’âme, un talent pour conduireEt les affaires et les gens,Une humeur franche et libre, et le don d’être amieMalgré Jupiter même et les…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Mouche et la Fourmi
La Mouche et la Fourmi contestaient de leur prix.Ô Jupiter ! dit la première,Faut-il que l’amour propre aveugle les espritsD’une si terrible manière,Qu’un vil et rampant animalÀ la fille de l’air ose se dire égal ?Je hante les Palais ;…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Démocrite et les Abdéritains
Que j’ai toujours haï les pensées du vulgaire !Qu’il me semble profane, injuste, et téméraire,Mettant de faux milieux entre la chose et lui,Et mesurant par soi ce qu’il voit en autrui !Le maître d’Épicure en fit l’apprentissage.Son pays le…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Écolier, le Pédant et le Maître d’un jardin
Certain Enfant qui sentait son collège,Doublement sot et doublement friponPar le jeune âge, et par le privilègeQu’ont les pédants de gâter la raison,Chez un voisin dérobait, ce dit-on,Et fleurs et fruits. Ce voisin, en automne,Des plus…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables