Rien de trop

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Je ne vois point de créature
Se comporter modérément.
Il est certain tempérament
Que le Maître de la nature
Veut que l’on garde en tout. Le fait-on ? nullement :
Soit en bien, soit en mal, cela n’arrive guère,
Le blé, riche présent de la blonde Cérès,
Trop touffu bien souvent épuise les guérets :
En superfluités s’épandant d’ordinaire,
Et poussant trop abondamment,
Il ôte à son fruit l’aliment.
L’arbre n’en fait pas moins ; tant le luxe sait plaire !
Pour corriger le blé, Dieu permit aux moutons
De retrancher l’excès des prodigues moissons :
Tout au travers ils se jetèrent,
Gâtèrent tout, et tout broutèrent ;
Tant que le Ciel permit aux loups
D’en croquer quelques-uns : ils les croquèrent tous ;
S’ils ne le firent pas, du moins ils y tâchèrent.
Puis le Ciel permit aux humains
De punir ces derniers : les humains abusèrent
À leur tour des ordres divins.
De tous les animaux l’homme a le plus de pente
À se porter dedans l’excès.
Il faudrait faire le procès
Aux petits comme aux grands. Il n’est âme vivante
Qui ne pèche en ceci. Rien de trop est un point
Dont on parle sans cesse, et qu’on n’observe point.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Chien qui porte à son cou le dîné de son maître
Nous n’avons pas les yeux à l’épreuve des belles,Ni les mains à celle de l’or :Peu de gens gardent un trésorAvec des soins assez fidèles.Certain Chien, qui portait la pitance au logis,S’était fait un collier du dîner de son maître.Il…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Aigle et la Pie
L’Aigle, reine des airs, avec Margot la pie,Différentes d’humeur, de langage, et d’espritEt d’habit,Traversaient un bout de prairie.Le hasard les assemble en un coin détourné.L’Agasse eut peur, mais l’Aigle, ayant fort bien dîné,La…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Jupiter et les Tonnerres
Jupiter voyant nos fautes,Dit un jour du haut des airs :« Remplissons de nouveaux hôtesLes cantons de l’UniversHabités par cette raceQui m’importune et me lasse.Va-t’en, Mercure, aux Enfers,Amène-moi la FurieLa plus cruelle des…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Tircis et Amarante
Pour Mademoiselle de SilleryJ’avais Ésope quittéPour être tout à Boccace ;Mais une divinitéVeut revoir sur le ParnasseDes fables de ma façon ;Or, d’aller lui dire : Non,Sans quelque valable excuse,Ce n’est pas comme on en useAvec…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Pour Monseigneur le Duc du Maine
Jupiter eut un fils qui se sentant du lieuDont il tirait son origineAvait l’âme toute divine.L’enfance n’aime rien : celle du jeune DieuFaisait sa principale affaireDes doux soins d’aimer et de plaire.En lui l’amour et la…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables