L’Homme entre deux âges et ses deux Maîtresses

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Un homme de moyen âge,
Et tirant sur le grison,
Jugea qu’il était saison
De songer au mariage.
Il avait du contant.
Et partant
De quoi choisir. Toutes voulaient lui plaire ;
En quoi notre amoureux ne se pressait pas tant.
Bien adresser n’est pas petite affaire.
Deux veuves sur son cœur eurent le plus de part ;
L’une encor verte, et l’autre un peu bien mûre ;
Mais qui réparait par son art
Ce qu’avait détruit la nature.
Ces deux Veuves en badinant,
En riant, en lui faisant fête,
L’allaient quelquefois testonnant,
C’est-à-dire ajustant sa tête.
La Vieille à tous moments de sa part emportait
Un peu du poil noir qui restait,
Afin que son amant en fût plus à sa guise.
La Jeune saccageait les poils blancs à son tour.
Toutes deux firent tant que notre tête grise
Demeura sans cheveux, et se douta du tour.
Je vous rends, leur dit-il, mille grâces, les Belles,
Qui m’avez si bien tondu ;
J’ai plus gagné que perdu :
Car d’Hymen, point de nouvelles.
Celle que je prendrais voudrait qu’à sa façon
Je vécusse, et non à la mienne.
Il n’est tête chauve qui tienne ;
Je vous suis obligé, Belles, de la leçon.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Tribut envoyé par les animaux à Alexandre
Une fable avait cours parmi l’antiquité,Et la raison ne m’en est pas connue.Que le lecteur en tire une moralité.Voici la fable toute nue :La Renommée ayant dit en cent lieuxQu’un fils de Jupiter, un certain Alexandre,Ne voulant rien…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Avantage de la science
Entre deux bourgeois d’une villeS’émut jadis un différend :L’un était pauvre, mais habile ;L’autre, riche, mais ignorant.Celui-ci sur son concurrentVoulait emporter l’avantage ;Prétendait que tout homme sageÉtait tenu de…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Démocrite et les Abdéritains
Que j’ai toujours haï les pensées du vulgaire !Qu’il me semble profane, injuste, et téméraire,Mettant de faux milieux entre la chose et lui,Et mesurant par soi ce qu’il voit en autrui !Le maître d’Épicure en fit l’apprentissage.Son pays le…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Chauve-Souris, le Buisson et le Canard
Le Buisson, le Canard, et la Chauve-Souris,Voyant tous trois qu’en leur paysIls faisaient petite fortune,Vont trafiquer au loin, et font bourse commune.Ils avaient des comptoirs, des facteurs, des agentsNon moins soigneux…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Âne et ses Maîtres
L’Âne d’un jardinier se plaignait au DestinDe ce qu’on le faisait lever devant l’aurore.« Les coqs, lui disait-il, ont beau chanter matin ;Je suis plus matineux encore.Et pourquoi ? pour porter des herbes au marché.Belle nécessité…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables