Un Animal dans la Lune

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Pendant qu’un philosophe assure,
Que toujours par leurs sens les hommes sont dupés,
Un autre philosophe jure,
Qu’ils ne nous ont jamais trompés.
Tous les deux ont raison ; et la philosophie
Dit vrai, quand elle dit que les sens tromperont,
Tant que sur leur rapport les hommes jugeront ;
Mais aussi si l’on rectifie
L’image de l’objet sur son éloignement,
Sur le milieu qui l’environne,
Sur l’organe et sur l’instrument,
Les sens ne tromperont personne.
La nature ordonna ces choses sagement :
J’en dirai quelque jour les raisons amplement.
J’aperçois le soleil : quelle en est la figure ?
Ici-bas ce grand corps n’a que trois pieds de tour :
Mais si je le voyais là-haut dans son séjour,
Que serait-ce à mes yeux que l’oeil de la nature ?
Sa distance me fait juger de sa grandeur ;
Sur l’angle et les côtés ma main la détermine.
L’ignorant le croit plat ; j’épaissis sa rondeur :
Je le rends immobile ; et la terre chemine.
Bref, je démens mes yeux en toute sa machine :
Ce sens ne me nuit point par son illusion.
Mon âme, en toute occasion,
Développe le vrai caché sous l’apparence ;
Je ne suis point d’intelligence
Avecque mes regards, peut-être un peu trop prompts,
Ni mon oreille, lente à m’apporter les sons.
Quand l’eau courbe un bâton, ma raison le redresse :
La raison décide en maîtresse.
Mes yeux, moyennant ce secours,
Ne me trompent jamais en me mentant toujours.
Si je crois leur rapport, erreur assez commune,
Une tête de femme est au corps de la lune.
Y peut-elle être ? Non. D’où vient donc cet objet ?
Quelques lieux inégaux font de loin cet effet.
La lune nulle part n’a sa surface unie :
Montueuse en des lieux, en d’autres aplanie,
L’ombre avec la lumière y peut tracer souvent,
Un homme, un boeuf, un éléphant.
Naguère l’Angleterre y vit chose pareille,
La lunette placée, un animal nouveau
Parut dans cet astre si beau ;
Et chacun de crier merveille.
Il était arrivé là-haut un changement
Qui présageait sans doute un grand événement.
Savait-on si la guerre entre tant de puissances
N’en était point l’effet ? Le Monarque accourut :
Il favorise en roi ces hautes connaissances.
Le monstre dans la lune à son tour lui parut.
C’était une souris cachée entre les verres ;
Dans la lunette était la source de ces guerres.
On en rit. Peuple heureux ! quand pourront les François
Se donner, comme vous, entiers à ces emplois ?
Mars nous fait recueillir d’amples moissons de gloire :
C’est à nos ennemis de craindre les combats,
À nous de les chercher, certains que la Victoire,
Amante de Louis, suivra partout ses pas.
Ses lauriers nous rendront célèbres dans l’histoire.
Même les Filles de Mémoire
Ne nous ont point quittés ; nous goûtons des plaisirs :
La paix fait nos souhaits et non point nos soupirs.
Charles en sait jouir : il saurait dans la guerre
Signaler sa valeur, et mener l’Angleterre
À ces jeux qu’en repos elle voit aujourd’hui.
Cependant s’il pouvait apaiser la querelle,
Que d’encens ! est-il rien de plus digne de lui ?
La carrière d’Auguste a-t-elle été moins belle
Que les fameux exploits du premier des Césars ?
Ô peuple trop heureux ! quand la paix viendra-t-elle
Nous rendre, comme vous, tout entiers aux beaux-arts ?

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Lion devenu vieux
Le Lion, terreur des forêts,Chargé d’ans et pleurant son antique prouesse,Fut enfin attaqué par ses propres sujets,Devenus forts par sa faiblesse.Le Cheval s’approchant lui donne un coup de pied ;Le Loup, un coup de dent, le Bœuf un coup…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Les deux Amis
Deux vrais Amis vivaient au Monomotapa :L’un ne possédait rien qui n’appartînt à l’autre :Les amis de ce pays-làValent bien, dit-on, ceux du nôtre.Une nuit que chacun s’occupait au sommeil,Et mettait à profit l’absence du soleil,Un de…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Araignée et l’Hirondelle
Ô Jupiter, qui sus de ton cerveau,Par un secret d’accouchement nouveau,Tirer Pallas, jadis, mon ennemie,Entends ma plainte une fois en ta vie.Progné me vient enlever les morceaux ;Caracolant, frisant l’air et les eaux,Elle me prend mes…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Âne vêtu de la peau du Lion
De la peau du Lion l’Âne s’étant vêtu,Était craint par tout à la ronde ;Et bien qu’animal sans vertu,Il faisait trembler tout le monde.Un petit bout d’oreille échappé par malheur,Découvrit la fourbe et l’erreur.Martin fit alors son…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Jardinier et son Seigneur
Un amateur du jardinage,Demi-bourgeois, demi-manant,Possédait en certain villageUn jardin assez propre, et le clos attenant.Il avait de plant vif fermé cette étendue.Là croissait à plaisir l’oseille et la laitue,De quoi faire à Margot…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables