Le Chat, la Belette et le petit Lapin

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Du palais d’un jeune Lapin
Dame Belette, un beau matin,
S’empara : c’est une rusée.
Le maître étant absent, ce lui fut chose aisée.
Elle porta chez lui ses pénates, un jour
Qu’il était allé faire à l’Aurore sa cour,
Parmi le thym et la rosée.
Après qu’il eut brouté, trotté, fait tous ses tours,
Jeannot Lapin retourne aux souterrains séjours.
La Belette avait mis le nez à la fenêtre.
« Ô Dieux hospitaliers ! que vois-je ici paraître ?
Dit l’animal chassé du paternel logis.
Holà ! madame la Belette,
Que l’on déloge sans trompette,
Ou je vais avertir tous les rats du pays. »
La dame au nez pointu répondit que la terre
Était au premier occupant.
C’était un beau sujet de guerre,
Qu’un logis où lui-même il n’entrait qu’en rampant !
« Et quand ce serait un royaume,
Je voudrais bien savoir, dit-elle, quelle loi
En a pour toujours fait l’octroi
À Jean, fils ou neveu de Pierre ou de Guillaume,
Plutôt qu’à Paul, plutôt qu’à moi. »
Jean Lapin allégua la coutume et l’usage.
« Ce sont, dit-il, leurs lois qui m’ont de ce logis
Rendu maître et seigneur, et qui, de père en fils,
L’ont de Pierre à Simon, puis à moi Jean, transmis.
Le premier occupant, est-ce une loi plus sage ?
– Or bien, sans crier davantage,
Rapportons-nous, dit-elle, à Raminagrobis. »
C’était un Chat vivant comme un dévot ermite,
Un Chat faisant la chattemite,
Un saint homme de chat, bien fourré, gros et gras,
Arbitre expert sur tous les cas.
Jean Lapin pour juge l’agrée.
Les voilà tous deux arrivés
Devant Sa Majesté fourrée.
Grippeminaud leur dit : « Mes enfants, approchez,
Approchez, je suis sourd, les ans en sont la cause. »
L’un et l’autre approcha, ne craignant nulle chose.
Aussitôt qu’à portée il vit les contestant,
Grippeminaud, le bon apôtre,
Jetant des deux côtés la griffe en même temps,
Mit les plaideurs d’accord en croquant l’un et l’autre.
Ceci ressemble fort aux débats qu’ont parfois
Les petits souverains se rapportant aux rois.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

La Mort et le Malheureux
Un Malheureux appelait tous les joursLa Mort à son secours.Ô Mort, lui disait-il, que tu me sembles belle !Viens vite, viens finir ma fortune cruelle.La Mort crut, en venant, l’obliger en effet.Elle frappe à sa porte, elle entre, elle se…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Corbeau voulant imiter l’Aigle
L'Oiseau de Jupiter enlevant un mouton,Un Corbeau témoin de l'affaire,Et plus faible de reins, mais non pas moins glouton,En voulut sur l'heure autant faire.Il tourne à l'entour du troupeau,Marque entre cent Moutons le plus gras, le plus…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Rat qui s’est retiré du monde
Les Levantins en leur légendeDisent qu’un certain Rat, las des soins d’ici-bas,Dans un fromage de HollandeSe retira loin du tracas.La solitude était profonde,S’étendant partout à la ronde.Notre ermite nouveau subsistait là-dedans.Il…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Éducation
Laridon et César, frères dont l’origineVenait de chiens fameux, beaux, bien faits et hardis,À deux maîtres divers échus au temps jadis,Hantaient, l’un les forêts, et l’autre la cuisine.Ils avaient eu d’abord chacun un autre nom ;Mais la…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Ivrogne et sa Femme
Chacun a son défaut où toujours il revient :Honte ni peur n’y remédie.Sur ce propos, d’un conte il me souvient :Je ne dis rien que je n’appuieDe quelque exemple. Un suppôt de BacchusAltérait sa santé, son esprit et sa bourse.Telles gens…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables