Les Devineresses

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

C’est souvent du hasard que naît l’opinion,
Et c’est l’opinion qui fait toujours la vogue.
Je pourrais fonder ce prologue
Sur gens de tous états : tout est prévention,
Cabale, entêtement ; point ou peu de justice :
C’est un torrent ; qu’y faire ? Il faut qu’il ait son cours :
Cela fut et sera toujours.
Une femme, à Paris, faisait la pythonisse :
On l’allait consulter sur chaque événement ;
Perdait-on un chiffon, avait-on un amant,
Un mari vivant trop au gré de son épouse,
Une mère fâcheuse, une femme jalouse ;
Chez la Devineuse on courait,
Pour se faire annoncer ce que l’on désirait.
Son fait consistait en adresse :
Quelques termes de l’art, beaucoup de hardiesse,
Du hasard quelquefois, tout cela concourait,
Tout cela bien souvent faisait crier miracle.
Enfin, quoique ignorante à vingt et trois carats,
Elle passait pour un oracle.
L’oracle était logé dedans un galetas :
Là, cette femme emplit sa bourse,
Et, sans avoir d’autre ressource,
Gagne de quoi donner un rang à son mari ;
Elle achète un office, une maison aussi.
Voilà le galetas rempli
D’une nouvelle hôtesse, à qui toute la ville,
Femmes, filles, valets, gros messieurs, tout enfin,
Allait, comme autrefois, demander son destin ;
Le galetas devint l’antre de la Sibylle.
L’autre femelle avait achalandé ce lieu.
Cette femme eut beau faire, eut beau dire :
« Moi Devine ! on se moque : eh ! messieurs, sais-je lire ?
Je n’ai jamais appris que ma croix de par Dieu. »
Point de raison : fallut deviner et prédire,
Mettre à part force bons ducats,
Et gagner malgré soi plus que deux avocats.
Le meuble et l’équipage aidaient fort à la chose :
Quatre sièges boiteux, un manche de balai,
Tout sentait son sabbat et sa métamorphose.
Quand cette femme aurait dit vrai
Dans une chambre tapissée,
On s’en serait moqué : la vogue était passée
Au galetas ; il avait le crédit.
L’autre femme se morfondit.
L’enseigne fait la chalandise.
J’ai vu dans le palais une robe mal mise
Gagner gros : les gens l’avaient prise
Pour maître tel, qui traînait après soi
Force écoutants. Demandez-moi pourquoi.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Soleil et les Grenouilles
Aux noces d’un tyran tout le peuple en liesseNoyait son souci dans les pots.Ésope seul trouvait que les gens étaient sotsDe témoigner tant d’allégresse.Le Soleil, disait-il, eut dessein autrefoisDe songer à l’hyménée.Aussitôt on ouït,…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Les deux Taureaux et une Grenouille
Deux taureaux combattaient à qui posséderaitUne Génisse avec l’empire.Une Grenouille en soupirait." Qu’avez-vous ? se mit à lui direQuelqu’un du peuple coassant.-Eh ! ne voyez-vous pas, dit-elle,Que la fin de cette querelleSera l’exil…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Souris métamorphosée en fille
Une Souris tomba du bec d’un Chat-Huant :Je ne l’eusse pas ramassée ;Mais un Bramin le fit : je le crois aisément ;Chaque pays a sa pensée.La Souris était fort froissée.De cette sorte de prochainNous nous soucions peu ; mais le peuple…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Les deux Pigeons
Deux Pigeons s’aimaient d’amour tendre :L’un d’eux, s’ennuyant au logis,Fut assez fou pour entreprendreUn voyage en lointain pays.L’autre lui dit : « Qu’allez-vous faire ?Voulez-vous quitter votre frère ?L’absence est le plus grand des…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Lion, le Singe et les deux Ânes
Le Lion, pour bien gouverner,Voulant apprendre la morale,Se fit, un beau jour, amenerLe Singe, maître ès arts chez la gent animale.La première leçon que donna le régentFut celle-ci : « Grand Roi, pour régner sagement,Il faut que tout…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables