Les Devineresses

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

C’est souvent du hasard que naît l’opinion,
Et c’est l’opinion qui fait toujours la vogue.
Je pourrais fonder ce prologue
Sur gens de tous états : tout est prévention,
Cabale, entêtement ; point ou peu de justice :
C’est un torrent ; qu’y faire ? Il faut qu’il ait son cours :
Cela fut et sera toujours.
Une femme, à Paris, faisait la pythonisse :
On l’allait consulter sur chaque événement ;
Perdait-on un chiffon, avait-on un amant,
Un mari vivant trop au gré de son épouse,
Une mère fâcheuse, une femme jalouse ;
Chez la Devineuse on courait,
Pour se faire annoncer ce que l’on désirait.
Son fait consistait en adresse :
Quelques termes de l’art, beaucoup de hardiesse,
Du hasard quelquefois, tout cela concourait,
Tout cela bien souvent faisait crier miracle.
Enfin, quoique ignorante à vingt et trois carats,
Elle passait pour un oracle.
L’oracle était logé dedans un galetas :
Là, cette femme emplit sa bourse,
Et, sans avoir d’autre ressource,
Gagne de quoi donner un rang à son mari ;
Elle achète un office, une maison aussi.
Voilà le galetas rempli
D’une nouvelle hôtesse, à qui toute la ville,
Femmes, filles, valets, gros messieurs, tout enfin,
Allait, comme autrefois, demander son destin ;
Le galetas devint l’antre de la Sibylle.
L’autre femelle avait achalandé ce lieu.
Cette femme eut beau faire, eut beau dire :
« Moi Devine ! on se moque : eh ! messieurs, sais-je lire ?
Je n’ai jamais appris que ma croix de par Dieu. »
Point de raison : fallut deviner et prédire,
Mettre à part force bons ducats,
Et gagner malgré soi plus que deux avocats.
Le meuble et l’équipage aidaient fort à la chose :
Quatre sièges boiteux, un manche de balai,
Tout sentait son sabbat et sa métamorphose.
Quand cette femme aurait dit vrai
Dans une chambre tapissée,
On s’en serait moqué : la vogue était passée
Au galetas ; il avait le crédit.
L’autre femme se morfondit.
L’enseigne fait la chalandise.
J’ai vu dans le palais une robe mal mise
Gagner gros : les gens l’avaient prise
Pour maître tel, qui traînait après soi
Force écoutants. Demandez-moi pourquoi.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Milan et le Rossignol
Après que le Milan, manifeste voleur,Eut répandu l’alarme en tout le voisinageEt fait crier sur lui les enfants du village,Un Rossignol tomba dans ses mains, par malheur.Le héraut du Printemps lui demande la vie :« Aussi bien, que manger…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Rat et l’Huître
Un Rat, hôte d’un champ, rat de peu de cervelle,Des lares paternels un jour se trouva sou.Il laisse là le champ, le grain, et la javelle,Va courir le pays, abandonne son trou.Sitôt qu’il fut hors de la case :« Que le monde, dit-il, est…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Avantage de la science
Entre deux bourgeois d’une villeS’émut jadis un différend :L’un était pauvre, mais habile ;L’autre, riche, mais ignorant.Celui-ci sur son concurrentVoulait emporter l’avantage ;Prétendait que tout homme sageÉtait tenu de…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Pâtre et le Lion
Les fables ne sont pas ce qu’elles semblent être ;Le plus simple animal nous y tient lieu de maître.Une morale nue apporte de l’ennui :Le conte fait passer le précepte avec lui.En ces sortes de feinte il faut instruire et plaire ;Et conter…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Lièvre et la Tortue
Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.Le Lièvre et la Tortue en sont un témoignage.Gageons, dit celle-ci, que vous n’atteindrez pointSi tôt que moi ce but. Si tôt ? Êtes-vous sage ?Repartit l’animal léger.Ma commère il vous faut…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables