Les Vautours et les Pigeons

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Mars autrefois mit tout l’air en émeute.
Certain sujet fit naître la dispute
Chez les oiseaux ; non ceux que le Printemps
Mène à sa Cour, et qui, sous la feuillée,
Par leur exemple et leurs sons éclatants
Font que Vénus est en nous réveillée ;
Ni ceux encor que la Mère d’Amour
Met à son char : mais le peuple Vautour,
Au bec retors, à la tranchante serre,
Pour un chien mort se fit, dit-on, la guerre.
Il plut du sang ; je n’exagère point.
Si je voulais conter de point en point
Tout le détail, je manquerais d’haleine.
Maint chef périt, maint héros expira ;
Et sur son roc Prométhée espéra
De voir bientôt une fin à sa peine.
C’était plaisir d’observer leurs efforts ;
C’était pitié de voir tomber les morts.
Valeur, adresse, et ruses, et surprises,
Tout s’employa : Les deux troupes éprises
D’ardent courroux n’épargnaient nuls moyens
De peupler l’air que respirent les ombres :
Tout élément remplit de citoyens
Le vaste enclos qu’ont les royaumes sombres.
Cette fureur mit la compassion
Dans les esprits d’une autre nation
Au col changeant, au cœur tendre et fidèle.
Elle employa sa médiation
Pour accorder une telle querelle.
Ambassadeurs par le peuple Pigeon
Furent choisis, et si bien travaillèrent,
Que les Vautours plus ne se chamaillèrent.
Ils firent trêve, et la paix s’ensuivit :
Hélas ! ce fut aux dépens de la race
À qui la leur aurait dû rendre grâce.
La gent maudite aussi-tôt poursuivit
Tous les pigeons, en fit ample carnage,
En dépeupla les bourgades, les champs.
Peu de prudence eurent les pauvres gens,
D’accommoder un peuple si sauvage.
Tenez toujours divisés les méchants ;
La sûreté du reste de la terre
Dépend de là : Semez entre eux la guerre,
Ou vous n’aurez avec eux nulle paix.
Ceci soit dit en passant ; Je me tais.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Les deux Perroquets, le Roi et son Fils
Deux perroquets, l’un père et l’autre fils,Du rôt d’un Roi faisaient leur ordinaire ;Deux demi-dieux, l’un fils et l’autre père,De ces oiseaux faisaient leurs favoris.L’âge liait une amitié sincèreEntre ces gens : les deux pères s’aimaient…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Lièvre et la Tortue
Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.Le Lièvre et la Tortue en sont un témoignage.Gageons, dit celle-ci, que vous n’atteindrez pointSi tôt que moi ce but. Si tôt ? Êtes-vous sage ?Repartit l’animal léger.Ma commère il vous faut…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Homme entre deux âges et ses deux Maîtresses
Un homme de moyen âge,Et tirant sur le grison,Jugea qu’il était saisonDe songer au mariage.Il avait du contant.Et partantDe quoi choisir. Toutes voulaient lui plaire ;En quoi notre amoureux ne se pressait pas tant.Bien adresser n’est…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L'Oeil du Maître
Un cerf s’étant sauvé dans une étable à bœufsFut d’abord averti par euxQu’il cherchât un meilleur asile.« Mes frères, leur dit-il, ne me décelez pas :Je vous enseignerai les pâtis les plus gras ;Ce service vous peut quelque jour être…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Mulet se vantant de sa généalogie
Le Mulet d’un prélat se piquait de noblesse,Et ne parlait incessammentQue de sa mère la Jument,Dont il contait mainte prouesse.Elle avait fait ceci, puis avait été là.Son fils prétendait pour celaQu’on le dût mettre dans l’Histoire.Il…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables