Le Héron

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Un jour, sur ses longs pieds, allait, je ne sais où,
Le Héron au long bec emmanché d’un long cou :
Il côtoyait une rivière.
L’onde était transparente ainsi qu’aux plus beaux jours ;
Ma commère la Carpe y faisait mille tours
Avec le Brochet son compère.
Le Héron en eût fait aisément son profit :
Tous approchaient du bord ; l’oiseau n’avait qu’à prendre.
Mais il crut mieux faire d’attendre
Qu’il eût un peu plus d’appétit :
Il vivait de régime, et mangeait à ses heures.
Après quelques moments l’appétit vint : l’oiseau,
S’approchant du bord, vit sur l’eau
Des tanches qui sortaient du fond de ces demeures.
Le mets ne lui plut pas ; il s’attendait à mieux,
Et montrait un goût dédaigneux,
Comme le rat du bon Horace.
« Moi, des tanches ! dit-il ; moi, Héron, que je fasse
Une si pauvre chère ! et pour qui me prend-on ? »
La tanche rebutée, il trouva du goujon.
« Du goujon ! c’est bien là le dîner d’un Héron !
J’ouvrirais pour si peu le bec ! aux Dieux ne plaise ! »
Il l’ouvrit pour bien moins : tout alla de façon
Qu’il ne vit plus aucun poisson.
La faim le prit : il fut tout heureux et tout aise
De rencontrer un limaçon.
Ne soyons pas si difficiles :
Les plus accommodants, ce sont les plus habiles ;
On hasarde de perdre en voulant trop gagner.
Gardez-vous de rien dédaigner ;
Surtout quand vous avez à peu près votre compte.
Bien des gens y sont pris. Ce n’est pas aux hérons
Que je parle : écoutez, humains, un autre conte ;
Vous verrez que chez vous j’ai puisé ces leçons.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Vieillard et ses Enfants
Toute puissance est faible, à moins que d’être unie.Écoutez là-dessus l’esclave de Phrygie.Si j’ajoute du mien à son invention,C’est pour peindre nos mœurs, et non point par envie ;Je suis trop au-dessous de cette ambition.Phèdre enchérit…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Cigale et la Fourmi
La cigale ayant chantéTout l'été,Se trouva fort dépourvueQuand la bise fut venue.Pas un seul petit morceauDe mouche ou de vermisseau.Elle alla crier famineChez la Fourmi sa voisine,La priant de lui prêterQuelque grain pour…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Les deux Chiens et l’Âne mort
Les vertus devraient être soeurs,Ainsi que les vices sont frères.Dès que l’un de ceux-ci s’empare de nos coeurs,Tous viennent à la file ; il ne s’en manque guères :J’entends de ceux qui, n’étant pas contraires,Peuvent loger sous même…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Cerf se voyant dans l’eau
Dans le cristal d’une fontaineUn Cerf se mirant autrefoisLouait la beauté de son bois,Et ne pouvait qu’avecque peineSouffrir ses jambes de fuseaux,Dont il voyait l’objet se perdre dans les eaux.« Quelle proportion de mes pieds à ma tête…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Chameau et les Bâtons flottants
Le premier qui vit un ChameauS’enfuit à cet objet nouveau ;Le second approcha ; le troisième osa faireUn licou pour le Dromadaire.L’accoutumance ainsi nous rend tout familier.Ce qui nous paraissait terrible et singulierS’apprivoise avec…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables