Le mal Marié

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Que le bon soit toujours camarade du beau,
Dès demain je chercherai femme ;
Mais comme le divorce entre eux n’est pas nouveau,
Et que peu de beaux corps, hôtes d’une belle âme,
Assemblent l’un et l’autre point,
Ne trouvez pas mauvais que je ne cherche point.
J’ai vu beaucoup d’hymens ; aucuns d’eux ne me tentent :
Cependant des humains presque les quatre parts
S’exposent hardiment au plus grand des hasards ;
Les quatre parts aussi des humains se repentent.
J’en vais alléguer un qui, s’étant repenti,
Ne put trouver d’autre parti,
Que de renvoyer son épouse,
Querelleuse, avare, et jalouse.
Rien ne la contentait, rien n’était comme il faut :
On se levait trop tard, on se couchait trop tôt ;
Puis du blanc, puis du noir, puis encore autre chose.
Les valets enrageaient, l’époux était à bout :
« Monsieur ne songe à rien, monsieur dépense tout,
Monsieur court, monsieur se repose. »
Elle en dit tant que monsieur, à la fin,
Lassé d’entendre un tel lutin,
Vous la renvoie à la campagne
Chez ses parents. La voilà donc compagne
De certaines Philis qui gardent les dindons
Avec les gardeurs de cochons.
Au bout de quelque temps qu’on la crut adoucie,
Le mari la reprend. « Eh bien ! qu’avez-vous fait ?
Comment passiez-vous votre vie ?
L’innocence des champs est-elle votre fait ?
– Assez, dit-elle : mais ma peine
Était de voir les gens plus paresseux qu’ici ;
Ils n’ont des troupeaux nul souci.
Je leur savais bien dire, et m’attirais la haine
De tous ces gens si peu soigneux.
– Eh ! madame, reprit son époux tout à l’heure,
Si votre esprit est si hargneux
Que le monde qui ne demeure
Qu’un moment avec vous, et ne revient qu’au soir,
Est déjà lassé de vous voir,
Que feront des valets qui, toute la journée,
Vous verront contre eux déchaînée ?
Et que pourra faire un époux
Que vous voulez qui soit jour et nuit avec vous ?
Retournez au village : adieu. Si de ma vie
Je vous rappelle et qu’il m’en prenne envie,
Puissé-je chez les morts avoir, pour mes péchés,
Deux femmes comme vous sans cesse à mes côtés ! »

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Héron
Un jour, sur ses longs pieds, allait, je ne sais où,Le Héron au long bec emmanché d’un long cou :Il côtoyait une rivière.L’onde était transparente ainsi qu’aux plus beaux jours ;Ma commère la Carpe y faisait mille toursAvec le Brochet son…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Homme et la Couleuvre
Un homme vit une Couleuvre.Ah ! méchante, dit-il, je m’en vais faire une œuvreAgréable à tout l’univers.À ces mots l’animal pervers(C’est le serpent que je veux dire,Et non l’homme, on pourrait aisément s’y tromper.)À ces mots le serpent…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Lion
Sultan Léopard autrefoisEut, ce dit-on, par mainte aubaine,Force bœufs dans ses prés, force Cerfs dans ses bois,Force moutons parmi la plaine.Il naquit un Lion dans la forêt prochaine.Après les compliments et d’une et d’autre part,Comme…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Laboureur et ses Enfants
Travaillez, prenez de la peine :C’est le fonds qui manque le moins.Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.« Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritageQue nous ont laissé nos parents…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Loup et le Renard
Le lion devenu vieux était couché, malade,dans son antre, et tous les animaux étaient venusrendre visite à leur prince,à l’exception du renard.Alors le loup, saisissant l’occasion favorable,accusa le renard par-devant le lion :« il…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables