Le Vieillard et l’Âne

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Un Vieillard sur son Âne aperçut en passant
Un pré plein d’herbe et fleurissant :
Il y lâche sa bête, et le grison se rue
Au travers de l’herbe menue,
Se vautrant, grattant, et frottant,
Gambadant, chantant, et broutant,
Et faisant mainte place nette.
L’ennemi vient sur l’entrefaite :
« Fuyons, dit alors le Vieillard.
– Pourquoi ? répondit le paillard ;
Me fera-t-on porter double bât, double charge ?
– Non pas ? dit le Vieillard, qui prit d’abord le large.
– Et que m’importe donc, dit l’Âne, à qui je sois ?
Sauvez-vous, et me laissez paître.
Notre ennemi, c’est notre maître :
Je vous le dis en bon français. »

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Marchand, le Gentilhomme, le Pâtre et le Fils de roi
Quatre chercheurs de nouveaux mondes,Presque nus échappés à la fureur des ondes,Un Trafiquant, un Noble, un Pâtre, un Fils de Roi,Réduits au sort de Bélisaire,Demandaient aux passants de quoiPouvoir soulager leur misère.De raconter quel…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Contre ceux qui ont le goût difficile
Quand j’aurais, en naissant, reçu de CalliopeLes dons qu’à ses Amants cette Muse a promis,Je les consacrerais aux mensonges d’Ésope :Le mensonge et les vers de tout temps sont amis.Mais je ne me crois pas si chéri du Parnasse,Que de savoir…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Corbeau et le Renard
Maître Corbeau sur un arbre perché,Tenait en son bec un fromage.Maître Renard par l’odeur alléchéLui tint à peu près ce langage :Et bonjour, Monsieur du Corbeau.Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !Sans mentir, si votre…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Éducation
Laridon et César, frères dont l’origineVenait de chiens fameux, beaux, bien faits et hardis,À deux maîtres divers échus au temps jadis,Hantaient, l’un les forêts, et l’autre la cuisine.Ils avaient eu d’abord chacun un autre nom ;Mais la…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Les Oreilles du Lièvre
Un animal cornu blessa de quelques coupsLe Lion, qui plein de courroux,Pour ne plus tomber en la peine,Bannit des lieux de son domaineToute bête portant des cornes à son front.Chèvres, béliers, taureaux, aussitôt délogèrent ;Daims et…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables