Phébus et Borée

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Borée et le Soleil virent un voyageur
Qui s’était muni par bonheur
Contre le mauvais temps. On entrait dans l’automne,
Quand la précaution aux voyageurs est bonne :
Il pleut ; le soleil luit ; et l’écharpe d’Iris
Rend ceux qui sortent avertis
Qu’en ces mois le manteau leur est fort nécessaire :
Les Latins les nommaient douteux, pour cette affaire.
Notre homme s’était donc à la pluie attendu :
Bon manteau bien doublé, bonne étoffe bien forte.
« Celui-ci, dit le Vent, prétend avoir pourvu
À tous les accidents ; mais il n’a pas prévu
Que je saurai souffler de sorte
Qu’il n’est bouton qui tienne : il faudra, si je veux,
Que le manteau s’en aille au diable.
L’ébattement pourrait nous en être agréable :
Vous plaît-il de l’avoir ? – Eh bien ! gageons nous deux,
Dit Phébus, sans tant de paroles,
À qui plus tôt aura dégarni les épaules
Du cavalier que nous voyons.
Commencez : je vous laisse obscurcir mes rayons. »
Il n’en fallut pas plus. Notre souffleur à gage
Se gorge de vapeurs, s’enfle comme un ballon,
Fait un vacarme de démon,
Siffle, souffle, tempête, et brise en son passage
Maint toit qui n’en peut mais, fait périr maint bateau :
Le tout au sujet d’un manteau.
Le cavalier eut soin d’empêcher que l’orage
Ne se pût engouffrer dedans.
Cela le préserva. Le Vent perdit son temps ;
Plus il se tourmentait, plus l’autre tenait ferme :
Il eut beau faire agir le collet et les plis.
Sitôt qu’il fut au bout du terme
Qu’à la gageure on avait mis,
Le Soleil dissipe la nue,
Récrée et puis pénètre enfin le cavalier,
Sous son balandras fait qu’il sue,
Le contraint de s’en dépouiller :
Encore n’usa-t-il pas de toute sa puissance.
Plus fait douceur que violence.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Pâtre et le Lion
Les fables ne sont pas ce qu’elles semblent être ;Le plus simple animal nous y tient lieu de maître.Une morale nue apporte de l’ennui :Le conte fait passer le précepte avec lui.En ces sortes de feinte il faut instruire et plaire ;Et conter…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Chatte métamorphosée en femme
Un homme chérissait éperdument sa Chatte ;Il la trouvait mignonne, et belle, et délicate ;Qui miaulait d’un ton fort doux.Il était plus fou que les fous.Cet Homme donc par prières, par larmes,Par sortilèges et par charmes,Fait tant qu’il…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Jupiter et le Passager
Oh ! combien le péril enrichirait les Dieux,Si nous nous souvenions des voeux qu’il nous fait faire !Mais, le péril passé, l’on ne se souvient guèreDe ce qu’on a promis aux Cieux ;On compte seulement ce qu’on doit à la terre.« Jupiter, dit…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Coq et la Perle
Un jour un Coq détournaUne Perle qu’il donnaAu beau premier Lapidaire.Je la crois fine, dit-il,Mais le moindre grain de milSerait bien mieux mon affaire.Un ignorant héritaD’un manuscrit qu’il portaChez son voisin le Libraire.Je…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Cheval et le Loup
Un certain Loup, dans la saisonQue les tièdes zéphyrs ont l’herbe rajeunie,Et que les animaux quittent tous la maisonPour s’en aller chercher leur vie ;Un Loup, dis-je, au sortir des rigueurs de l’hiver,Aperçut un Cheval qu’on avait mis au…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables