Phébus et Borée

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Borée et le Soleil virent un voyageur
Qui s’était muni par bonheur
Contre le mauvais temps. On entrait dans l’automne,
Quand la précaution aux voyageurs est bonne :
Il pleut ; le soleil luit ; et l’écharpe d’Iris
Rend ceux qui sortent avertis
Qu’en ces mois le manteau leur est fort nécessaire :
Les Latins les nommaient douteux, pour cette affaire.
Notre homme s’était donc à la pluie attendu :
Bon manteau bien doublé, bonne étoffe bien forte.
« Celui-ci, dit le Vent, prétend avoir pourvu
À tous les accidents ; mais il n’a pas prévu
Que je saurai souffler de sorte
Qu’il n’est bouton qui tienne : il faudra, si je veux,
Que le manteau s’en aille au diable.
L’ébattement pourrait nous en être agréable :
Vous plaît-il de l’avoir ? – Eh bien ! gageons nous deux,
Dit Phébus, sans tant de paroles,
À qui plus tôt aura dégarni les épaules
Du cavalier que nous voyons.
Commencez : je vous laisse obscurcir mes rayons. »
Il n’en fallut pas plus. Notre souffleur à gage
Se gorge de vapeurs, s’enfle comme un ballon,
Fait un vacarme de démon,
Siffle, souffle, tempête, et brise en son passage
Maint toit qui n’en peut mais, fait périr maint bateau :
Le tout au sujet d’un manteau.
Le cavalier eut soin d’empêcher que l’orage
Ne se pût engouffrer dedans.
Cela le préserva. Le Vent perdit son temps ;
Plus il se tourmentait, plus l’autre tenait ferme :
Il eut beau faire agir le collet et les plis.
Sitôt qu’il fut au bout du terme
Qu’à la gageure on avait mis,
Le Soleil dissipe la nue,
Récrée et puis pénètre enfin le cavalier,
Sous son balandras fait qu’il sue,
Le contraint de s’en dépouiller :
Encore n’usa-t-il pas de toute sa puissance.
Plus fait douceur que violence.

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Le Lion s’en allant en guerre
Le Lion dans sa tête avait une entreprise :Il tint conseil de guerre, envoya ses prévôts,Fit avertir les animaux.Tous furent du dessein, chacun selon sa guise :L’Éléphant devait sur son dosPorter l’attirail nécessaire,Et combattre à son…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Paysan du Danube
Il ne faut point juger des gens sur l’apparence.Le conseil en est bon ; mais il n’est pas nouveau.Jadis l’erreur du SouriceauMe servit à prouver le discours que j’avance :J’ai, pour le fonder à présent,Le bon Socrate, Ésope, et certain…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
L’Araignée et l’Hirondelle
Ô Jupiter, qui sus de ton cerveau,Par un secret d’accouchement nouveau,Tirer Pallas, jadis, mon ennemie,Entends ma plainte une fois en ta vie.Progné me vient enlever les morceaux ;Caracolant, frisant l’air et les eaux,Elle me prend mes…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Matrone d’Éphèse
S’il est un conte usé, commun, et rebattuC’est celui qu’en ces Vers j’accommode à ma guise.Et pourquoi donc le choisis-tu ?Qui t’engage à cette entreprise ?N’a-t-elle point déjà produit assez d’écrits ?Quelle grâce aura ta MatroneAu prix…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Grenouille et le Rat
Tel, comme dit Merlin, cuide engeigner autrui,Qui souvent s’engeigne soi-même.J’ai regret que ce mot soit trop vieux aujourd’hui ;Il m’a toujours semblé d’une énergie extrême.Mais afin d’en venir au dessein que j’ai pris,Un Rat plein…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables