L’Ours et les deux Compagnons

Les fables de La Fontaine
Partager sur Facebook

Deux compagnons pressés d’argent,
À leur voisin fourreur vendirent
La peau d’un Ours encore vivant,
Mais qu’ils tueraient bientôt ; du moins à ce qu’ils dirent.
C’était le roi des Ours au compte de ces gens.
Le marchand à sa peau devait faire fortune ;
Elle garantirait des froids les plus cuisants ;
On en pourrait fourrer plutôt deux robes qu’une.
Dindenaut prisait moins ses moutons qu’eux leur ours :
Leur, à leur compte, et non à celui de la bête.
S’offrant de la livrer au plus tard dans deux jours,
Ils conviennent de prix, et se mettent en quête,
Trouvent l’Ours qui s’avance et vient vers eux au trot.
Voilà mes gens frappés comme d’un coup de foudre.
Le marché ne tint pas ; il fallut le résoudre :
D’intérêts contre l’Ours, on n’en dit pas un mot.
L’un des deux compagnons grimpe au faîte d’un arbre ;
L’autre, plus froid que n’est un marbre,
Se couche sur le nez, fait le mort, tient son vent,
Ayant quelque part ouï dire
Que l’ours s’acharne peu souvent
Sur un corps qui ne vit, ne meut, ni ne respire.
Seigneur Ours, comme un sot, donna dans ce panneau :
Il voit ce corps gisant, le croit privé de vie,
Et, de peur de supercherie,
Le tourne, le retourne, approche son museau,
Flaire aux passages de l’haleine.
« C’est, dit-il, un cadavre, ôtons-nous, car il sent. »
À ces mots, l’Ours s’en va dans la forêt prochaine.
L’un de nos deux marchands de son arbre descend,
Court à son compagnon, lui dit que c’est merveille
Qu’il n’ait eu seulement que la peur pour tout mal.
« Eh bien, ajouta-t-il, la peau de l’animal ?
Mais que t’a-t-il dit à l’oreille ?
Car il s’approchait de bien près,
Te retournant avec sa serre.
– Il m’a dit qu’il ne faut jamais
Vendre la peau de l’ours qu’on ne l’ait mis par terre. »

Fable suivante

Autres fables du même auteur

Du Thésauriseur et du Singe
Un Homme accumulait. On sait que cette erreurVa souvent jusqu’à la fureur.Celui-ci ne songeait que ducats et pistoles.Quand ces biens sont oisifs, je tiens qu’ils sont frivoles.Pour sûreté de son trésor,Notre avare habitait un lieu dont…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Poule aux œufs d’or
L’Avarice perd tout en voulant tout gagner.Je ne veux, pour le témoigner,Que celui dont la Poule, à ce que dit la Fable,Pondait tous les jours un œuf d’or.Il crut que dans son corps elle avait un trésor.Il la tua, l’ouvrit, et la trouva…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Rien de trop
Je ne vois point de créatureSe comporter modérément.Il est certain tempéramentQue le Maître de la natureVeut que l’on garde en tout. Le fait-on ? nullement :Soit en bien, soit en mal, cela n’arrive guère,Le blé, riche présent de la…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Le Cheval et le Loup
Un certain Loup, dans la saisonQue les tièdes zéphyrs ont l’herbe rajeunie,Et que les animaux quittent tous la maisonPour s’en aller chercher leur vie ;Un Loup, dis-je, au sortir des rigueurs de l’hiver,Aperçut un Cheval qu’on avait mis au…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
La Forêt et le Bûcheron
Un Bûcheron venait de rompre ou d’égarerLe bois dont il avait emmanché sa cognée.Cette perte ne put sitôt se réparerQue la Forêt n’en fût quelque temps épargnée.L’Homme enfin la prie humblementDe lui laisser tout doucementEmporter une…
Fable :: Jean de la Fontaine
Partager sur Facebook
Plus de Fables